Fictions-Hina

Le voyage d'Hina~★

    Perdue dans le monde d'Orinam ! Mes Time Line avancent et bientôt je pourrais écrire Nox *o* Tellement Hâte (07/07/2018 at 2:23 PM)

  • 17651 visits
  • 102 articles
  • 0 hearts
  • 12496 comments

Itachi Uchiwa~★ 02/07/2015







 
Frère aimant, Shinobi d'exception, Héros sans renommé, Mort pour la vie. 
    
       
  "Désolé petit frère, il n'y aura pas de prochaine fois " 
  
Marié avec Sakura ~
  
  {938 HP + 5}
  
10= un Heavy Pounto

Chapitre 12 : Mission sauvetage 01/03/2015


  
          Elle avait mal. Terriblement mal. Et c'est ce qui la réveilla doucement. Plongée dans l'obscurité que lui procuraient ses paupières, la jeune femme reprenait peu à peu possession de son corps. Elle sortait d'une léthargie horrible qui lui laissait un gout pâteux dans la bouche. Une fois qu'elle eut repris totalement conscience, elle essaya d'ouvrir les yeux.
          
          Elle réussit rapidement à battre des paupières et s'habituer à la lumière ambiante. Mais c'était étrange. Elle ne retrouvait pas la lumière criarde de sa chambre trop blanche de l'Institut, ni même la même lumière déversait par les néons de l'infirmerie. Dans la pièce où elle se trouvait se tenait une grosse lampe tamisée dans l'angle à sa droite et la voilure camouflé les rayons du soleil. Le plafonnier n"était pas allumé.
          
          Recouvrant peu à peu la raison, la jeune femme se redressa difficilement. Une douleur aiguë fusa dans son bras lorsqu'elle s'appuya dessus. Elle le regarda et découvrit deux énormes bandages un qui allait de son épaule jusqu'au milieu de l'avant-bras et un autre qui s'étendait du milieu de son bras jusqu'à son poignet.  Elle retira le drap qui recouvrait le reste de son corps et découvrit un bandage sur sa cuisse droite mais aussi sur son mollet gauche et sa cheville.
          
          Elle se pencha pour l'inspecter mais elle s'immobilisa immédiatement avant de s'allonger de nouveau en se tenant les côtes. Elle remonta le tee-shirt large blanc qu'elle portait et découvrit de nouveau bandage qui recouvrait tout son torse. Elle semblait s'être fracassée sur le sol ou quelque chose de plus escarpé. Et soudain... Les souvenirs revinrent.
          
          Lord qui lui expliquait qu'il la séquestrerait et qu'il tuerait Bird. Le fait qu'il ait tué Princesse parce qu'elle se dressait contre lui. Son objectif de gouverner le monde. Le virus. Et sa fuite. Et son combat contre les autres Reboots. Et dehors. La forêt. Le flou total. Les images qui défilent à toute vitesse et dans tous les sens. Le passage. La liane qui casse. La chute...
          
          C'est alors qu'elle prit conscience qu'elle était dans une salle qu'elle ne connaissait pas, que quelqu'un avait certes pris soin d'elle mais qu'elle ne le connaissait pas. Elle ne paniqua pas ouvertement mais en elle bouillonnait des tas d'émotions et de pensées. Mais l'une d'elle prit le dessus et tel un néon qui clignote lui disait : Enfouis toi !
          
          Elle passa outre les douleurs dans ses jambes, son thorax et son bras et se leva de son lit de fortune. Elle fit un tour sur elle-même pour capter tous les détails de la pièce. Son regard ne s'attarda pas sur la caméra dans le coin à côté de la porte. Elle lui tourna le dos et s'avança vers la fenêtre essayant pour une fois de réfléchir à un plan avant de foncer tête baissée.
          
          Alors qu'elle essayait d'ouvrir la fenêtre, faisant ainsi croire qu'elle s'enfuirait par-là, elle trouva l'idée. Les caméras ! Pour la plupart elle devait être directement liée par des câbles jusqu'à un modem ou bien à un ordinateur. Il suffisait de remonter le fil. Mais comment faire ? Elle leva la tête et s'aperçut qu'il s'agissait d'un faux plafond avec des dalles amovibles. Il était aisé d'en soulever une et de s'introduire dans le plafond. De plus, elle n'était pas très épaisse, elle devait surement tenir entre les deux pans. Il lui suffirait de prendre appuie sur la structure  métallique qui supportait les dalles.
          
          C'était un plan parfait. Il fallait juste qu'elle ouvre la fenêtre. Elle força dessus, réveillant de nouvelles douleurs au niveau de ses côtes mais aussi de ses omoplates. La fenêtre céda et les deux battants s'ouvrirent laissant s'engouffrer un violent coup de vent qui souleva les rideaux. Le voile blanc la dissimula juste assez pour qu'elle puisse sauter et se glisser dans le faux plafond. Si elle avait bien calculé, la caméra n'y verrait que du feu et celui derrière l'écran aussi.
          
          Elle replaça tant bien que mal le carré qu'elle a enlevé avant de s'allonger dans les deux plafonds. Elle ne pouvait pas tenir assise dans les soixante centimètres de hauteur mais elle pouvait avancer sans trop de mal. Elle attendit de s'habituer à la pénombre afin de pouvoir discerner sans mal les plaintes métalliques qui lui indiqueraient le chemin.
          
          Elle avança prudemment en direction de la caméra qu'elle avait vu plus avant. Elle s'orienta facilement jusqu'à elle puisqu'il y avait un trou d'où filtrait la lumière où passait le câble de la camera. Elle arriva jusqu'à lui et suivit la piste.  Elle arriva jusqu'à un modem qui devait relier plusieurs caméra, puis elle suivit la trace encore une fois.
          
          Elle arriva face à un mur porteur. Elle devait passer le mur par une porte ce qui risquait fortement de révéler à ses agresseurs  (si tant est qu'elle pouvait les appeler comme ça) sa position.  Et cela risquait de compliquer les choses. Ou bien, peut-être étaient-ils partis à sa recherche dehors ? Elle devait tenter le tout pour le tout.
          
          Elle souleva la plaque de polyester qui se trouvait devant elle et se pencha légèrement par le trou pour regarder où elle se trouvait véritablement. Elle découvrit un couloir large sans être long. Les murs parmes et le parquet usé indiquait que la maison dans laquelle elle se trouvait n'était pas toute neuve. C'était presque une reproduction des maisons victoriennes londoniennes. Elle aperçut en tout cinq portes et une cage d'escalier en colimaçon qui montait comme elle descendait. Le couloir était éclairé par une fenêtre près de l'escalier en fer blanc.
          
          Pour suivre la direction du fil, elle devait prendre la porte qui se trouvait sur sa gauche, à trois dalles plafonnières d'où elle était. Elle soupira en voyant une nouvelle caméra dans l'angle près de la fenêtre qui couvrait le périmètre entier. Elle n'avait malheureusement plus rien pour faire diversion... Tant pis.
        
          Elle se décala donc sur la gauche et enleva la dalle complètement. Elle fit ensuite passée ses jambes dans le trou et se lâcha. Elle atterrit sur le sol avec une vive douleur dans les jambes mais ouvrit la porte rapidement pour s'engouffrer dans la pièce. Elle ne resta pas plus de trois secondes à la vue de la caméra.
          
           « Eh ! s'exclama une voix masculine. »
          
          Rose fit volte-face et n'attendit pas de savoir qui était la personne dans la salle pour lui sauter dessus. Son adversaire perdit l'équilibre et tomba au sol sur le dos. Rose lui bloqua les jambes et les bras de son corps et l'observa enfin. C'était un homme d'une vingtaine d'année aux longs cheveux blonds et aux yeux bleus clairs. Si elle ne l'avait pas pris par surprise et ne l'avait pas bloqué ainsi, il aurait pu avoir l'avantage sur elle de par sa carrure athlétique. Mais ce n'était pas le cas.
           
           « Qu'est-ce que tu fous ? demanda-t-il totalement surpris. »
           
          Elle lui envoya un regard noir avant de lui donner un coup pour l'assommer et il ne bougea plus. C'était trop facile. Elle enleva l'un de ses bandages aux jambes, découvrant des plaies qui cicatrisaient déjà grâce à ses aptitudes de Reboot, pour pouvoir l'attacher et le bâillonner. Après quelques tours et quelques n½uds, elle s'assura que le tout était solide. Puis, elle se dirigea vers le mur d'écrans, il devait bien y avoir une vingtaine d'images en couleurs. Elle les inspecta tous jusqu'à trouver Bird dans une chambre, assis sur un lit.
          
          Elle l'examina mais ne trouva rien. Il semblait en pleine forme et n'était pas blessé. Mais ça ne voulait pas dire qu'il allait vraiment bien. Il était enfermé elle ne savait où. Elle allait alors le libérer. Elle découvrit ensuite Fray dans une sorte de salon sur un canapé vert en train de lire un livre. Ça la surprit et elle resta quelques secondes bloquée sur la vidéo. N'étaient-ils pas enfermés ?
          
          « Fa'ope ! grogna l'homme qu'elle avait assommé. »
           
          Elle se retourna en une fraction de seconde avant de le voir debout, toujours attaché mais près à lui sauter à la gorge. Elle l'évita de justesse et il s'étala sur les écrans. Elle allait lui envoyer un coup de pied quand la douleur à ses côtes la fit se plier en deux. Le blond profita de cet instant pour se délivrer de ses liens qui entravaient ses mains grâce à sa force et à l'arrête du bureau. Une fois libre des deux mains, il se dépêcha d'enlever les autres liens.
          
          Rose se remit de sa douleur et vit que son tortionnaire était en train de se libérer. Elle prit la chaise de bureau et lui balança dessus. Il dévia sa trajectoire et elle alla choir contre le mur à côté de la commode à trois tiroirs grise. La générale n'y fit pas plus attention et s'élança de nouveau vers son assaillant qui l'intercepta en la ceinturant de ses bras.
          
          Elle poussa un cri de douleur aiguë. Sa respiration se bloqua et l'espace de quelques secondes elle perdit le contrôle d'elle-même et se débattit comme un beau diable. Elle se fit encore plus mal mais il la lâcha. Elle tomba au sol en se tenant les côtes meurtries comme si elles allaient tomber en morceaux. Des larmes lui montèrent aux yeux.
           
           « Oh, dit-il, je suis désolé je voulais pas te faire mal. »
           
          Alors qu'il avait voulu la réconforter d'un geste amicale dans le dos, la reboot se défendit. Elle lui attrapa le bras, surmonta la douleur, et lui tordit dans son dos. Elle le plaqua contre le bureau, la tête près des écrans. Elle fit bien attention de caler l'une de ses jambes contre le pied du bureau pour qu'il ne puisse pas la bouger. Puis elle attrapa son deuxième bras qui subit le même sort que le premier.
           
           « Dis-moi où ils sont, ordonna-t-elle.
-          Qui ?
-          Bird et Fray ! Le gars dans la chambre et la fille dans le salon qui lit, répondit-elle.
-          Bah...
-          Quel étage ? questionna-t-elle.
-          Rez-de-chaussé pour Fray, premier pour Bird, répondit-il alors qu'elle tirait ses bras vers le haut, lui causant d'horribles douleurs.
-          On est au combien ? fit-elle.
-          Premier.
-          Et lui, il est où ? dit-elle en indiquant d'un mouvement de tête un grand brun.
-          La cuisine, en bas, à côté du salon, répondit-il. Mais tu sais on ne vous veut pas de mal, hein ! »
           
          Elle lui envoya un regard froid avant de murmurer « C'est à moi de décider » et de lui faire percuter la tête contre les écrans. L'un d'eux lui tomba dessus. Elle entreprit une nouvelle fois de l'attacher mais cette fois-ci à la table. Les deux pieds et les deux mains à l'opposé accroché à chaque pied de la table. Elle serra les n½uds au maximum et lui cogna la tête contre le sol une nouvelle fois pour s'assurer qu'il ne se réveillerait pas.
          
          Elle observa ensuite les images une nouvelle fois. Il semblait y avoir la totalité de la maison sur ses écrans, donc elle n'avait plus besoin de se méfier des caméras. Elle vérifia dans la salle s'il y avait un enregistreur de micros mais elle n'en trouva aucun. Cela ne voulait pas forcément dire qu'il n'y en avait pas.
          
          Le plus simple à libérer allait être Bird puisqu'il était au même étage. Elle sortit donc dans le couloir et tendit l'oreille vers le palier du dessous au cas où quelqu'un aurait l'idée de monter. Mais elle n'entendait que sa respiration. Elle avança vers la porte à la droite de la salle de surveillance. Elle l'ouvrit avec précaution même si elle savait qu'aucun hôte n'y serait. Elle trouva une simple chambre aux tons bleus. Le parquet gris rendait la pièce lumineuse. A droite de la porte se dressait une grande armoire dont l'une des portes était une glace. Il y avait un lit double fait, une table de chevet avec une lampe dont l'abas jour était blanc et un livre. De l'autre côté de la chambre se tenait un bureau en bois assez simple où logeaient quelques livres et un ordinateur portable. La chaise de bureau noire à roulette était cachée par des habits posés sur le dossier. Tout était bien ordonné, comme à l'Institut, mais la pièce respirait la vie.
          
          Elle referma la porte après avoir inspecté l'endroit et se dirigea vers celle d'à côté. Cependant elle s栉ouvrit sur une petite salle de bain. En face de la porte se tenait une fenêtre ouverte. A côté de celle-ci se dressait la cabine de douche. A l'opposé se tenait les toilettes et un lavabo surmontait d'un meuble-miroir. Il y avait aussi en dessous du lavabo un meuble de rangement.  Les vitres de la douche étaient encore constellées de gouttelette. Trace de vie. Mais aucune trace de Bird.
          
          Il ne restait plus que deux portes dont l'une d'elle menait à la chambre où elle était précédemment endormie. Si elle suivait le trajet qu'elle avait fait dans le plafond, elle devait provenir de la porte vers l'escalier. Elle ouvrit donc celle entre la salle de bain et sa chambre et s'y engouffra totalement cette fois-ci.
          
          Elle était comme sur la vidéo de surveillance. La chambre aux murs marrons et vert dégageait une harmonie gourmande. Les meubles, tous chocolat, comblaient la chambre avec simplicité. Un bureau trônait sous la fenêtre, alors qu'à ses côtés, contre le mur de droite se tenait un lit aux draps vert anis. En face du lit, sur le mur contre la porte, on pouvait voir une grosse armoire digne d'un antiquaire si elle n'avait pas été peinte. La moquette moelleuse sous les pieds nus de la jeune femme semblait l'appeler à s'allonger de tout son long pour reposer son corps à l'agonie. Mais tout cela n'avait pas d'importance : elle n'avait d'yeux que pour Bird, assis, tourné vers elle.
          
          « Rose, qu'est-ce que tu fais là ? demanda-t-il lorsqu'elle entra.
-          Je suis venue te sauver les fesses, répliqua-t-elle. Allez viens, Fray est en bas mais j'ai peur que le brun n'arrive. Quant au blondinet je m'en suis occupée, dit-elle en lui prenant la main pour le tirer vers lui.
-          Attends Rose ! »
           
          Elle ne l'écouta pas et le tira vers la porte. Il n'y avait pas une seconde à perdre, il fallait récupérer Fray et s'en aller avant que son agresseur de tout à l'heure ne se réveille, ne se libère et donne l'alerte. Elle était en mauvaise posture avec toutes ses blessures et il fallait qu'elle se repose le plus tôt possible, une fois qu'ils seraient tirés d'affaire.
          
          Bird sembla s'y opposer. Il ne se laissa pas faire, sans pour autant brusquer la jeune femme. Alors qu'elle allait ouvrir la porte, il la referma. Il lui fit alors face et planta ses yeux aveugles dans, il l'espérait, ceux de son amie.
          
           « Rose, écoute-moi, cet endroit n'est pas ce que tu crois, commença-t-il. En plus tu es encore blessée. Tu dois te reposer, tu n'iras nulle part comme ça.
-          Ne t'inquiète pas, je peux tenir encore un peu, le rassura-t-elle. Mes blessures ont déjà commencé à cicatriser et-
-          Rose, fais-moi confiance nous n'avons aucune crainte à avoir ! »
           
          Rose le dévisagea comme s'il était fou. Elle ne comprenait pas pourquoi il réagissait ainsi, comment il avait fait pour ne pas déjà fuir. Peut-être était-ce à cause d'elle, de son état ? Dans tous les cas, il fallait partir maintenant. Elle ne savait pas ce qu'ils lui avaient fait, ce qu'ils lui avaient promis, mais elle ne devait compter que sur elle-même à présent. Les cadeaux n'existaient pas.
          
          Elle ouvrit alors la porte une nouvelle fois, mais Bird la referma encore. Il allait s'apprêter à la convaincre une nouvelle fois, mais elle ne lui laissa pas le temps de commencer. Le temps pressait et ils le perdaient bêtement.
           
          « Non Bird, écoute-moi ! Nous ne sommes en sécurité nulle part, d'accord ? Nous ne pouvons compter que sur nous-même. Il faut partir maintenant, crois-moi ! Si le blond se réveille, il nous attrapera et on passera un sal quart d'heure. »
           
          Elle le poussa et ouvrit la porte en grand avant de s'aventurer dans le couloir toujours en trainant Bird par la main. Celui-ci finit par récupérer sa main d'un coup sec qui perturba la jeune femme. Elle tourna la tête en sa direction totalement hébétée. Alors qu'elle allait l'interpeler, elle sentit un grand coup dans sa nuque. Sa vision se troubla et elle s'écroula au sol dans un fracas de membres. Le noir se fit et elle replongea dans les ténèbres sans plus d'attache à la réalité.
           
A suivre...
              
Chapitre précédant                                                                                                                  Chapitre suivant
--------------------
'Lut,
Tadaaam petite révelation : Rose n'est pas morte !
Mais bon vous vous en doutiez surement haha!
Ca reprend doucement mais surement et je suis vraiment contente !
J'espère que vous aimez toujours autant et pour le savoir voici mes petites questions :
Que pensez-vous du réveil de Rose ?
Sa lubie de vouloir sauver ses amis ?
Sa manière de faire ?
Son mini combat contre le blond ? Vous l'avez reconnu d'ailleurs ?
Et pourquoi Bird ne veut-il pas la suivre ?
Est-ce que vous ne l'auriez pas écouter, comme Rose, si vous aviez été à sa place ?
Et enfin qui l'a frappé par derrière ? 
Le blond a-t-il réussit à retirer ses liens ?
Que va-t-il se passait ensuite ?
En tout cas un grand merci à tout ce qui ont lu jusque là ça me fait vraiment terriblement plaisir ! 
Et j'espère que la suite vous plaira ! 
Z'houbix
Hina

Tags : Start. Stop. Reset. Re-Start.

Chapitre 13 : Le réveil de Rose 26/10/2014


  
          Cela faisait quatre jours qu'ils étaient ici, dans cette maison victorienne magnifique. Ils avaient accès à tout ce qu'ils voulaient : la télé, internet, le très ingénieux Netflix, et des provisions à profusion dans le frigo. Fray passait ses journées vautrée sur le canapé, à regarder les saisons qu'elle avait ratées pendant ses quatre ans de captivité au sein du glacial Institut.
          
          En quatre ans elle avait réussi à oublier tous les plaisirs de la vie humaine. Il n'y avait eu que Rose et Bird, l'entrainement, les repas à heures fixes, les ordres à respecter et constamment être surveillée. Tout était neutre et bien rangé, alors qu'ici c'était chaleureux, coloré et elle pouvait abandonner un livre sur la table basse du salon sans qu'elle n'ait peur d'un reproche.
          
          En plus de tout ça, elle avait fait la connaissance de Raven et Blast, mais aussi Storm, Ice et Sand. Tous des gars très sympas d'après elle. Ça lui faisait un bien fou de voir des nouvelles têtes. Certes à l'Institut, il y avait les nouveau-nés mais ce n'était pas pareil. Ici elle pouvait leur parler sans se prendre la tête, dire des conneries si ça lui chantait, ne pas avoir peur qu'untel rapporte à untel. En plus, ils n'étaient pas du genre à se plaindre de leur mort, de leur vie gâchée et de tant d'autres choses.
          
          Ils étaient humains et chaleureux, comme elle. Elle avait retrouvé ce qui lui manquait terriblement sans qu'elle ne s'en rende compte : cette chaleur humaine et réconfortante. En plus de tout ça, elle avait la chance d'avoir une chambre à elle seule, qu'elle avait pu choisir parmi les seules restantes. Elle en était très fière et s'il y avait eu la télé là-bas, elle y resterait des heures durant.
          
          Elle s'était aussi liée d'amitié avec Bulle, le poisson rouge, dernière survivante des SuperNanas. Certes, c'était un poisson, mais il l'écoutait parler sans rien lui dire et il tournait en rond joyeusement. Ça avait plu à la brune. Et ça lui avait aussi rappelé celui qu'elle avait quand elle était enfant.
          
          En fait, plein de chose ici lui rappelait son ancienne vie. Des détails la plupart du temps, comme les Kelloggs qu'elle mangeait au petit déjeuner, ou bien le jeu Mario Partie 8 sur Wii qu'elle avait acheté dès sa sortie ou encore la moquette. Elle en était dingue de ce truc inlavable. Elle avait choisi sa chambre parce qu'il y en avait. Elle adorait marcher pied nu dessus et sentir la douceur de la fibre synthétique : ça lui rappelait la chambre de Lee où elle avait passé une bonne partie de son adolescence, allongée dessus à mater des films ou des séries sur l'ordinateur portable de son meilleur ami.
          
          Cette nouvelle vie, la troisième pour elle, aurait pu véritablement être géniale. Mais il y avait une ombre au tableau. Une ombre qu'elle n'aurait jamais soupçonné une semaine avant : Rose. Lorsqu'ils étaient arrivés ici avec le corps inanimé de la jeune femme, elle s'était inquiétée pour sa meilleure amie, elle l'avait même veillé le premier jour. Elle avait aussi arrangée sa nouvelle coupe de cheveux pour qu'elle soit heureuse à son réveil. Une fois fait, Bird l'avait prise à part pour lui expliquer tous les mensonges, toutes les découvertes des derniers jours à l'Institut et lui avait avoué que sa relation avec Rose n'était que pur mensonge pour détourner l'attention des autres.
          
          Ravie, la jeune femme s'était alors ragaillardie d'avoir une chance encore auprès du beau brun. En plus, en arrivant ici, elle avait dû lui décrire la maison et l'aider un peu pour ses déplacements le temps qu'il intègre tout. Ils avaient alors été très proches et ça lui avait plu au point de faire chavirer son c饉ur une nouvelle fois. Sauf que Rose s'était réveillée, la veille au matin et avait tout fichu en l'air.
          
          La Reboot avait fait une sorte d'escouade commando pour les libérer, avait blessé Blast avant qu'il ne l'assomme une fois qu'elle était dans le couloir avec Bird. A eux deux, ils l'avaient porté dans sa chambre et avaient de nouveau pansé ses blessures, d'ailleurs presque toutes cicatrisées, bien qu'encore fragile, grâce à ses aptitudes reboots de régénération cellulaire, un truc plutôt chouette tout de même. Et depuis lors, Bird était resté à son chevet, descendant seulement quelques minutes pour prendre à manger.
          
          Fray l'avait rejoint la veille au soir, environ vers dix-huit heures, comme à l'instant, pour lui demander pourquoi il restait là. Elle lui avança qu'elle ne craignait rien, qu'elle se reposait et que lui ne devait pas passer tout son temps auprès d'elle à attendre simplement. Tout se passait bien, il n'avait pas besoin de la surveiller.
          
          Mais Bird avait rejeté ses arguments d'un geste de la main et avait expliqué sa position. Il voulait rester auprès de la jeune femme pour son réveil afin qu'il puisse tout lui expliquer et éviter qu'elle ne panique et ne se blesse d'avantage dans une mission sauvetage inutile. Elle lui avait alors balancé que c'était inutile puisque depuis l'attaque qu'elle avait fait sur Blast, Raven restait dans sa chambre aussi, sur ordre de Solitaire présumait-elle. Mais Bird avait encore écarté ses arguments en disant que ça serait bien pire si Rose se trouvait face à face seule avec Raven.
          
          Fray dépitée avait bougonné des inepties et était sortie pour se morfondre auprès de Bulle. Elle avait pris l'aquarium avec elle sur le canapé et l'avait posé sur ses jambes pour lui parler. D'où son amitié avec le petit poisson rouge. Depuis, elle avait passé la journée sur le canapé à regarder des séries et manger des chips espérant que Rose se réveillerait rapidement afin de pouvoir récupérer Bird - bien qu'il ne lui appartienne pas à proprement parlé.
          
           « Un prince ? proposa Blast en s'asseyant à côté d'elle un paquet cylindrique dans les mains et un biscuit dans la bouche.
-          Non, je voudrais une horrible sorcière pour l'écraser avec mes dents et la broyer et la tuer et la manger avec sadisme, dit-elle en prenant tout de même un biscuit.
-          Wow, je savais pas qu'on pouvait manger avec sadisme ! dit-il en regardant la télévision qui diffusait un épisode de Supernatural, une série fantastique très connue. Oh, il date cet épisode ! Y'a encore Bobby en plus alors qu'il est mort y'a bien longtemps. »
          
          Blast enfourna dans sa bouche un autre biscuit alors que Fray le regardait hébétée. Bobby Singer était mort ? Elle était choquée, elle n'aurait jamais cru qu'il puisse mourir, il allait encore super bien dans cet épisode. Elle venait d'être salement spoilée et elle se vengea en balançant un cousin sur le blond.
          
           « Eh ! Qu'est-ce qui te prends ? T'es aussi tarée que ta copine ou quoi ? s'exclama Blast.
-          Bobby est pas mort ok ? s'écria-t-elle à son tour. Il va très bien regarde ! dit-elle en le montrant à l'image.
-          Ah ouais, j'avais oublié que t'as pas vécu pendant quatre ans, répondit le jeune homme.  Du coup tu sais pas non plus que Kevin est mort, Dean s'était transformé en démon et à oui, leur mère est ressuscitée ! déclara-t-il avant de s'enfuir dans la cuisine pour ne pas subir les foudres de Fray. »
           
          La jeune femme dépitée préféra changer de série que de subir tant d'horribles épisodes. Elle se rabattit sur une autre, préparant déjà sa vengeance envers le blond. Elle alla aussi chercher Bulle qu'elle serra contre elle pour être réconfortée.
          
~.~.~
          
          Pendant ce temps, Bird se tenait dans un siège qu'il avait amené lui-même dans la chambre de Rose. Il attendait que son amie se réveille depuis un peu moins de deux jours mais elle n'en montrait aucun signe. Ses blessures pour la plupart s'étaient résorbées avec le temps. Ses côtes n'étaient pas tout à fait remises et les deux blessures par balle prendraient encore quelques dizaines d'heures avant de ne plus risquer de se rouvrir.
          
          Paradoxalement, les égratignures qui lui parcourraient le corps n'étaient pas encore cicatrisées, sa lèvre fendue avait crouté et le bleu à sa mâchoire n'avait pas encore disparut bien que du violacé-noir il avait viré au jaune foncé. Les scientifiques avaient fait en sorte, lors de leurs modifications, d'inverser le processus de guérison.  Au lieu de protéger l'extérieur d'une couche de sang coagulée et de sécrétion de pue pour protéger et rétablir les cellules touchées, celles-ci se régénéraient en premières avant d'arriver jusqu'à l'épiderme et d'y laisser une peau parfaite. Ainsi, toutes les blessures graves et internes étaient plus rapidement soignées que les plaies ou égratignures. Dans certains cas, c'était utile, surtout en pleine bataille à vrai dire.
          
          Ice était passé il y a environ deux heures pour évaluer la santé de Rose et avait ainsi pu communiquer les avancements de cicatrisation de la jeune femme à Bird. Le brun avait acquiesçait, non surpris d'une telle vitesse de processus. Les Reboots étaient solides et c'était en partie grâce à ça que la jeune femme était toujours en vie.
          
          Elle avait été blessée de nombreuses fois puis avait fait une chute mortelle de dix mètres de haut. N'importe quel humain serait mort sur le coup, surtout avec le sol rocailleux et coupant qui s'y trouvait. La rose avait tout de même eu de la chance. Depuis le temps, la tranché s'était peu à peu remplie de terres grâce au vent et à l'érosion. Elle avait donc atterrit sur un sol relativement plat et mou, évitant les pics escarpés qui pointaient à travers la couche terreuse. Si ça n'avait pas été le cas, elle serait morte à coup sûr.
          
          D'ailleurs en y repensant, lorsqu'ils avaient retrouvé la jeune femme dans le fossé, ils l'avaient cru morte. Il avait persisté pour qu'on remonte son corps tout de même. Ça avait pris des heures pour faire descendre l'un d'eux et le faire remonter avec la jeune femme. Mais une fois qu'ils étaient revenus sur la terre ferme, Bird avait entendu le c饉ur de Rose battre. Il avait demandé à ce qu'on lui prenne le pouls et c'était exact. Elle était en vie. Ils l'avaient donc ramenée ici et l'avaient soignée. Heureusement que l'un de leurs hôtes s'y connaissait du point de vue médical.
          
          Lorsqu'il l'avait entendu dans le couloir lorsqu'elle s'était réveillée la première fois, il n'avait pas cru que ça pouvait vraiment être elle jusqu'à ce qu'elle lui parle. Il avait entendu la légère panique dans sa voix et avait voulu la raisonner mais Rose était parfois très butée. De plus, elle devait être totalement déboussolée. Puis Blast était arrivé, un filet de sang coulant de son front sur tout son visage et l'avait assommé. Depuis, ils l'avaient replacée ici et il attendait son réveil cette fois-ci à côté d'elle pour tout lui expliquer.
          
          La respiration régulière et silencieuse de Rose commençait doucement à le bercer lorsque des pas se firent entendre dans le couloir et que la porte s'ouvrit. Il n'arriva pas à discerner de qui il s'agissait avant de ne sentir son odeur : vanille et musc. C'était Raven qui entrait dans la pièce, il en était quasiment sûr. Depuis qu'il était arrivé ici, il avait perdu tous ses repères. Il avait dû demander à Fray de l'accompagner pour faire plusieurs fois le tour du propriétaire afin de gérer les espaces, d'écouter le bruit des objets et le son se répercutant sur les murs. C'était ça son plus gros souci. Les murs étaient recouverts de papiers peint mais aussi d'isolant phonique ce qui camouflait les bruits. Il avait alors du mal à s'habituer à cette nouvelle résonnance. Il n'arrivait pas encore à reconnaitre le bruit des pas de chacun, l'écho était beaucoup plus faible que sur les murs dégagés et métalliques de l'Institut.
          
          Pour reconnaitre les personnes, il avait dû s'appuyer sur son odorat. Lorsque Raven ferma la porte, il était sûr qu'il s'agissait de lui cette fois-ci. Il avait passé presque deux jours avec lui dans cette pièce. Il arrivait à reconnaitre son odeur, puis sa respiration et enfin son pas silencieux. Il n'en avait encore jamais entendu d'aussi silencieux jusqu'à présent, peut-être à cause de la résonnance.
          
           « J'ai des trucs à manger, déclara-t-il en posant sur les jambes de l'aveugle une assiette.
-          Merci, c'est gentil, dit-il en la prenant dans ses mains. Tu sais, tu peux aller manger en bas, je m'occupe de Rose.
-          Je suis les ordres, dit-il simplement en mangeant.
-          Ceux de Solitaire ? demanda le brun.
-          Exact.
-          C'est lui le chef, mais nous ne l'avons pas encore vu Fray et moi, sait-il que nous sommes là ? Et qui nous sommes ?
-          Oui, mais vous ne le verrez pas. Il communique à travers moi, répondit laconique Raven.
-          Pourquoi ? »
          
          Raven haussa les épaules simplement, geste inutile puisque Bird ne pouvait pas le voir, mais il entendit les vêtements se froisser et il comprit. Il n'échangeait pas beaucoup avec Raven parce que celui-ci ne parlait pas énormément, au contraire de Blast. Il avait encore beaucoup de questions sans réponse au sujet de cet endroit, de ce qu'ils y faisaient et de la suite des événements pour eux. Mais on lui avait répondu que Solitaire leur dirait tout. Ce qui semblait étrange au vu de ce que racontait Raven.
          
          Bird interrompit sa réflexion quand il perçut de légers bruits du côté de Rose, puis il remarqua le changement de respiration, signe qu'elle se réveillait. Il posa sur la table de nuit son assiette et prit la main de son amie. Celle-ci fronça les sourcils plusieurs fois, remua un peu ses membres avant d'ouvrir les yeux doucement.
          
          La lumière tamisée n'avait pas changé et ne lui brula donc pas les yeux. Elle porta tout de suite son attention sur Bird qui la tenait et elle se sentit rassurer. Encore dans les vapes, elle se redressa tant bien que mal en position assise. Elle était fatiguée à en crever et avait la bouche pâteuse. Elle ne fit même pas attention au reste de la pièce, ni même à Raven tapit dans l'ombre qui l'observait.
           
           « Ça va ? demanda Bird.
-          J'ai connu mieux, maugréa-t-elle. »
           
          Elle se frotta les yeux, s'étira un peu et puis s'arrêta brusquement. Bird raffermit sa prise pour capter son attention mais ça ne fonctionna pas vraiment. La jeune femme se souvint de cet endroit, du blond dans la salle de surveillance, de Bird qui refusait de venir avec elle.
           
           « Qu'est-ce qu'on fait encore ici ? demanda-t-elle un brin paniquée. Il faut partir avant qu'il ne nous tue ou que sais-je.
-          On ne compte pas vous tuer, sinon ce serait déjà fait, s'éleva la voix de Raven. »
           
          Rose se redressa d'un bond en sortant du lit et eut du mal à garder l'équilibre. Elle avait pris une position offensive devant Raven qu'elle reconnut comme l'homme brun de la cuisine. De taille et de corpulence moyenne, il se tenait adossé contre le mur près de la porte. Sa peau blanche ressortait dans l'obscurité ambiante et ses yeux sombres encore plus. Elle discerna mal ses longs cheveux bruns détaché mais arriva à les deviner sous le mouvement.
          
          Elle se retrouva soudainement face à Bird qui s'était interposé entre l'adversaire et elle. Elle le regarda alors, surprise avant de retrouver un air sérieux. Elle le regarda dans les yeux attendant des explications, encore désorientée par tout ce qui se passait ici.
          
          « Tu n'as rien à craindre Rose, dit-il d'une voix calme. Je te présente Raven, il nous a aidé à nous enfuir de l'Institut et nous a emmené ici où l'on a pu te soigner.
-          Où est-on ? et qui sont-ils ? demanda Rose en gardant un 饉il méfiant à l'attention du brun.
-          Nous sommes au Manoir, répondit Bird. Et eux... Comment dire, ils détestent Lord autant que nous.
-          Comment ? demanda-t-elle surprise en regardant Bird puis Raven puis Bird. »
           
          Des millions de questions se bousculèrent dans sa tête mais elle n'arriva pas à les formuler. Trop de choses s'entrechoquaient et elle n'arrivait plus à démêler les choses. Elle se sentait fatiguée et faible. Elle avait faim. Elle voulait dormir et ne plus jamais se réveiller. Cette nouvelle affaire avait l'air bien plus compliqué que tout ce qu'elle avait fait jusqu'à présent. Elle s'assit sur son lit et attendit qu'on lui explique calmement toute la situation parce qu'à cette heure-ci elle était totalement perdue. 
  
A suivre...
              
Chapitre précédant                                                                                                                  Chapitre suivant
--------------------
'Lut, 
Le chapitre 13 est enfin là ! 
Il ne se passe pas grand chose durant ce chapitre mais c'était nécessaire.
On peut voir un peu plus l'évolution des personnages (surtout Fray) dans ce nouvel univers.
Passons maintenant aux questions :
Comment trouvez vous la réaction de Fray face à Rose ?
Comment trouvez-vous la relation entre Blast et Fray ?
Que pensez-vous de Raven ?
Et enfin quels sont vos hypothèses pour la suite ? Va-t-on enfin savoir qui ils sont ?
Voili voilou
J'espère que ça vous plait toujours autant !
Hina
PS: Désolée s'il reste des symboles chinois ! 

Tags : Start. Stop. Reset. Re-Start.

Chapitre 14 : Le manoir 11/01/2015


 
          Il était neuf heure du matin et les trois reboots étaient installés dans le canapé, face à la télévision dont l'écran semblait n'être pas allumé puisqu'il ne dégageait qu'une faible luminosité sur un fond noir. Raven les avait amené ici et leur avait dit de ne pas bouger, que Solitaire voulait leur parler. Puis il s'était glissé dans le couloir et n'en était pas ressorti.
          
          C'était aussi la première fois que les deux femmes se retrouvaient ensembles dans la même pièce. Hier au soir, lorsque Rose avait repris conscience elle n'avait pas eu la force de faire quoi que ce soit. Raven lui avait porté une assiette chargée d'aliments qu'elle avait mangé doucement. Puis la fatigue l'avait emportée une nouvelle fois dans les méandres de sa pensée.
          
          Lorsqu'elle s'était réveillée en pleine nuit, vers les quatre heures du matin, en croyant qu'une balle lui transperçait le c½ur, elle avait découvert Bird endormi dans le fauteuil à côté d'elle et Raven, discret, assis par terre contre le mur à côté de la porte. Elle avait essayé de lui soutirer quelques informations sur l'endroit mais il avait dévié la conversation sur son état avant d'aller lui chercher une nouvelle fois à manger.
          
          Bird s'était réveillé quelques minutes plus tard, ou bien avait-il fait semblant de dormir lorsqu'ils s'étaient mis à parler, peu importait. Elle lui avait alors parlé librement de sa méfiante envers cet endroit et ces gens. Elle essaya de voir s'il avait plus d'éléments qu'elle mais ce n'était pas vraiment le cas. Lorsque Raven était revenu, elle lui en avait demandé une nouvelle fois et il lui avait dit que Solitaire leur expliquerait ce dont ils avaient besoin de savoir.
          
          Et c'était maintenant que tout allait enfin être révélé, mais elle ne voyait pas vraiment comment. Le salon était vide si ce n'est eux trois et cette fichue télévision allumée sans rien diffuser. Elle allait se lever pour l'éteindre lorsque Fray se leva. La jeune femme l'avait salué à son arrivée et lui avait sortie des banalités avec un air détaché. Rose n'avait pas demandé à en savoir plus, il y avait plus important.
          
          Elle observa la jeune femme se diriger vers la droite de la télévision et toquer doucement sur l'aquarium rond du poisson rouge. Rose comprit que la brune s'ennuyait ferme. C'était bien normal puisque ça faisait dix minutes qu'ils ne faisaient rien et qu'ils ne parlaient pas entre eux.
          
           « Fray, commença Rose.
-          Hum ? »
           
          La générale Reboot ne put pas continuer puisque Raven revint. Elle se surprit à le remercier intérieurement parce qu'elle n'avait pas la moindre idée de ce qu'elle aurait pu dire à son amie. C'était la première fois en quatre ans qu'elle ne savait pas quoi lui dire, qu'il y avait cette tension étrange et sulfureuse. Elle se tut donc et regarda le brun attendant une quelconque réponse.
          
          Maintenant qu'il était à la lumière, elle put constater que sa vision nocturne n'était pas si nulle que ça. Il était d'une petite taille pour un garçon, à peine quelques centimètres de plus qu'elle, et ne semblait pas très costaud. Ses cheveux bruns étaient attachés en une queue basse et les mèches trop courtes pour être prises dans sa couette encadraient son visage. Sa peau n'était plus si pâle que ça, surement à cause de la lumière du soleil mais ses yeux avaient l'air encore plus noirs. Elle n'arriva pas à distinguer l'iris et la pupille sans se concentrer pour le faire. Des cernes entouraient ses yeux, signe qu'il avait veillé toute la nuit, et celles d'avant aussi, surement pour éviter qu'elle ne tente quoique ce soit. Son corps était caché par des vêtements simples à la coupe droite, sans extravagance : un jean bleu foncé et un gilet noir.
          
           « Il va bientôt arriver, dit-il simplement en voyant le regard insistant de la jeune femme sur lui.
-          On va enfin pouvoir le voir, s'enthousiasma Fray en se tournant vers le brun. »
           
          Il ne laissa rien paraitre et haussa simplement les épaules comme pour dire « Vous verrez bien ».  Il se posa alors dans le fauteuil vers à droite du canapé qui avait été poussé jusqu'au mur. Il étira ses jambes avant de les croiser tendues. Il observa en silence les reboots sur le canapé lorsque Fray s'y installa de nouveau.
          
          La télévision émit alors un grésillement et une image apparue : un « S » gothique noir sur un fond gris clair. Un autre grésillement se fit entendre. L'attention des trois Reboots était tournée vers cette télévision attendant un nouveau bruit, une nouvelle image, ou quelque chose du genre. Mais leur espoir était vain, seule une voix robotisée s'éleva.
          
          « Enchanté, Rose, Fray et Bird, bienvenue au Manoir. Je me nomme Solitaire, déclara la voix. »
          
           Fray regarda l'écran éberluée alors que Bird et Rose restèrent impassibles. Raven les observa un peu plus, s'attardant sur ceux qui n'avaient pas eu de réaction. Il constata que Bird n'avait véritablement pas de réaction et cela ne le surpris pas plus que ça. Le jeune homme était aveugle, cela lui importait peu que Solitaire soit face à lui en chair et en os ou caché dans l'une des pièces de cette maison, à quelques mètres d'eux seulement. Le plus important pour lui était sans doute d'entendre ce qu'il avait à dire.
          
          Le visage de Rose n'était pas si indifférent que cela. Ses pupilles étaient légèrement dilatées et si l'on regardait bien sa carotide bâtait rapidement dans son cou. Elle ne devait pas être ravie de ne voir qu'un écran face à elle, contrairement à son ami. Le brun l'étudia encore quelques instants, suffisamment pour voir que ses mains se crispaient et que sa mâchoire tressautait légèrement. Oui clairement, elle n'était pas ravie. Raven se mit sur ses gardes pour prévoir l'imprévisible réaction de la moins docile de leurs invités.
          
           « Vous êtes ici au Manoir, un endroit pour un petit groupe de personnes combattant comme vous, les Reboots et les projets de Lord. Nous avons
-          Pourquoi ne vous montrez vous pas ? demanda la générale. Pourquoi se cacher derrière un écran ? Je suppose qu'il y aussi des micros pour que vous puissiez nous entendre. Et les caméras dans toute la maison ? Simple mesure de sécurité je présume ?
-          Effectivement, des micros sont présents dans cette pièce-ci seulement, afin de nous permettre de communiquer plus aisément, répondit la voix qui n'avait ni des accents féminins, ni des accents masculins.
-          Le plus simple ne serait-il pas de venir en face de nous ? répliqua-t-elle.
-          Il vaut mieux que mon visage ne vous soit pas connu, dit la voix calmement, mais cela ne doit pas vous inquiéter plus que de mesure. Je ne suis pas des plus importants, du moins ce n'est pas le sujet qui nous amène à penser que nous pourrions nous être mutuellement utiles.
-          Nous être mutuellement utiles ? répéta-t-elle clairement dubitative. Je n'ai aucune confiance en vous, ni en Raven ou même Blast et tout ce... subterfuge, oui c'est le mot, n'est pas pour m'inciter à aller vers vous. Si vous vouliez véritablement instaurer une confiance, vous seriez devant nous, il n'y aurait aucune caméra et nous pourrions sortir comme il nous plaira !
-          Rien ne vous interdit de partir. »
          
          Placide et simple. Raven reconnaissait bien là Solitaire. A quoi servait d'en dire plus que nécessaire à part perdre du temps inutilement. C'est ainsi que Raven avait toujours connu Solitaire : laconique mais très intelligent. Il arrivait en peu de mot à dire tout ce qu'il souhaitait. Il maitriser l'art des sous-entendus comme personne. Et, bien que ce n'était pas flagrant ici, il avait aussi un certain charisme qui lui permettait d'être écouté lorsqu'il parlait.
          
          Le brun regarda la scène se jouer face à lui, comme s'il était à la Comédie Française, théâtre très réputé sur un autre continent. La jeune femme avait un air de défie face à l'écran immobile. Elle le toisait comme s'il y avait Solitaire lui-même face à elle. Il était persuadé que si ça avait été le cas, il n'aurait pas fait long feu. Elle lui aurait sauté au visage et lui aurait fait avaler l'écran plat comme elle avait assommé Blast juste parce qu'il était en travers de son chemin.  Elle finit par afficher un fin sourire mêlant dédain et malice : un étrange et fascinant spectacle.
          
           « Très bien, déclara-t-elle, dans ce cas, au revoir ! »
           
          Elle tourna les talons de façon théâtrale et s'en alla du salon. Bird se leva pour l'arrêter mais Fray lui signifia que ce n'était pas nécessaire, qu'elle finirait par revenir les chercher dans une folle mission de sauvetage. Bird hésita quelques instants avant de reprendre la discussion avec Solitaire, alors que le bruit d'une porte qui claque se faisait entendre. Raven quant à lui ne bougea pas, il n'en avait pas reçu l'ordre.
          
          « Je vous prie, continuez, invita Bird. J'ai de nombreuses questions à vous poser.
-          Alors posez les moi, Bird. »
           
~.~.~
          
          Le soleil s'était levé depuis quelques heures déjà, mais n'était pas à son point culminant. Quelques nuages zébrés le ciel mais le temps était un beau fixe. Trainant dans les rues, deux individus avaient les bras chargés de victuailles.
          
          L'un avait de courts cheveux roux, des yeux verts d'eau entourés de Kohl et une peau laiteuse, l'autre personne avait de longs cheveux bruns de même que ses yeux qui remplissaient son visage de porcelaine aux traits doux. Tous deux portaient un blue jean et par-dessus un tee-shirt. Le couple passait inaperçu dans les rues encore déserte en ce début de matinée.
          
          Ils étaient allés faire des courses pour remplir le frigo du Manoir et avaient préféré y aller à l'ouverture pour ne pas être embêté par la foule. Il devait être aux alentours de neuf heures lorsqu'ils arrivèrent dans la rue du Manoir. Ils y virent sortie d'un pas déterminé une jeune femme aux cheveux rose, fraîchement débarquée.
          
          « Eh, Ice, ce n'est pas Rose ? demanda le roux.
-          Si, c'est elle, confirma-t-il. »
          
          Alors qu'elle arrivait dans les directions, ils s'arrêtèrent. Elle les regarda surpris et voulut les contourner pour avancer dans cette ville qui lui était inconnue. Cependant, le roux se décala pour lui bloquer le chemin, un pas à gauche, puis à droite et encore à gauche. L'irritation put se lire sur le visage de Rose.
          
           « J'aimerais passer, déclara-t-elle.
-          Tu es Rose, n'est-ce pas ? demanda le jeune homme.
-          Qui es-tu ?
-          Je suis Sand et voici Ice qui t'a soigné, on habite au Manoir, répondit le roux.
-          Vous allez me ramener de force là-bas ? demanda-t-elle soupçonneuse. »
           
          Les deux habitants du Manoir se regardèrent avant de hausser les épaules, ne sachant pas vraiment ce qu'ils devaient faire d'elle. Ils décidèrent que ce n'était pas leur problème, qu'ils avaient autre chose à faire comme ranger leur fardeau.
           
           « Non, répondit Ice d'une voix douce et presque féminine, nous ne sommes pas là pour ça. Sinon comment te sens-tu ? J'ai vu que tu avais une régénération hors du commun, mais hier soir, tu avais encore des blessures non cicatrisées.
-          C'est toi qui m'a soigné ? s'étonna la jeune femme. Oui, ça va. Quelques douleurs encore mais tout à fait supportable.
-          Fais quand même attention à ne pas rouvrir tes plaies, tu as échappé de près à la mort. »
           
          La jeune femme acquiesça et  continua sa route en passant le duo. Mais alors qu'elle faisait quelques pas vers sa liberté, elle s'arrêta pour se retourner et observer ceux qu'elle venait de quitter. C'est à ce moment-là que le doute s'installa et que les questions qu'elle se posait sans cesse reprenaient le dessus. Elle pouvait leur demander, ils répondraient surement. De toute façon elle n'avait rien à perdre.
                     
           « Attendez ! s'exclama-t-elle. J'aimerais vous poser des questions, c'est possible ? »
           
          Ice et Sand se regardèrent pour savoir ce qu'ils devaient faire, puis ils acceptèrent. Ice leur proposa d'aller boire un chocolat chaud dans l'un des cafés ouvert à cette heure-ci dans la rue commerçante qu'ils avaient quitté quelques minutes plus tôt. Rose accepta et Sand aussi. Ils s'installèrent donc dans un coin pour être sûr qu'aucunes oreilles indiscrètes ne tenteraient d'écouter. Mais ce n'était pas vraiment nécessaire. Le café était vide, il n'y avait que deux tables de prises l'une par un couple et l'autre par une femme devant son ordinateur. Ils attendirent que le serveur leur apporte leur boisson pour parler de choses sérieuses.
           
           «Hum... Je dois avouer ne pas savoir vraiment par où commencer, avoua Rose en sirotant son latte. Le Manoir reste un mystère pour moi. Quel est le but de cet endroit ? Comment en connait-il assez sur les Reboots et les objectifs de Lord ? Comment y êtes-vous entré ? Depuis quand y êtes-vous ?
-          Le Manoir c'est juste un endroit qu'on a appelé comme ça. Pour ce qui est des reboots, on les connait parce qu'on a failli en être, expliqua Ice.
-          Comment ça ?
-          Nous sommes morts et revenus à la vie, comme toi, répondit Sand. Simplement ces fous de savants n'ont pas pu mettre la main sur nous à temps. Solitaire nous a trouvé et nous a amené avec lui. C'est lui qui nous a tout appris sur les reboots, Lord et ses projets, continua Sand.
-          Il m'a aussi permis d'avoir accès à certaines recherches des scientifiques de l'Institut et j'ai pu comprendre pourquoi on avait survécu et que les autres morts non, enchaina Ice.
-          Pardon ? l'interrompit Rose. Il... Il y a une explication sur notre renaissance ? Ce n'est pas un pur hasard ?
-          Non, c'est scientifique, répondit l'apprenti  médecin. C'est... C'est comme un virus ou un cancer. Nous avons un gène différent des humains normaux qui s'est activé lors de notre mort. Ce gène sécrète des acides aminés qui a leur tour sécrètent une protéine qui a permis d'alimenter notre c½ur et notre cerveau alors qu'ils étaient hors services si on veut. Seulement cette protéine semble ne plus être produite par nos corps maintenant que nous sommes morts une fois. Il en reste des traces que j'ai pu identifier et étudier mais voilà. Mes recherches s'arrêtent là pour l'instant.
-          Du coup, si on venait à mourir une nouvelle fois, ça serait la dernière ? interrogea Rose.
-          Je pense que oui mais sans pour autant en être sûr, déclara Ice.
-       C'est... Je n'aurais jamais cru qu'il y avait une explication si basique à ce phénomène, murmura-t-elle atterrée, plus pour elle-même que pour ces interlocuteurs. »
           
          Cette révélation venait de la perturber plus que n'importe quels autres événements de cette dernière semaine.  Même l'assassinat de Princesse n'arrivait pas à la cheville de cette découverte. Est-ce que les scientifiques de l'Institut étaient au courant ? Est-ce qu'ils essayaient de synthétiser cette fameuse protéine pour créer d'autre reboot ? Est-ce que c'était seulement possible ? Et puis d'où venait-elle ? Pourquoi certains humains la créaient et d'autres non ? Et puis, pourquoi disparaissait-elle après ? A vrai dire, toutes ses certitudes venaient de voler en éclat d'un seul coup. Elle n'était ni miraculée ni maudite comme elle l'avait souvent pensée. Elle était simplement une anomalie humaine avec un gène qui avait muté... Comment ne pas s'effondrer après ça ?
           
          « Solitaire sait tout ça comment ? reprit-elle après avoir digérée l'information.
-          Euh... C'est assez compliqué je crois, intervint Sand. Il ne nous a jamais vraiment dit d'où il tenait tout ça mais il nous a suffisamment donné de preuves pour qu'on le croit. Ça fait un an et demi et un peu moins pour Ice qu'on est au Manoir et qu'on essaye de mettre en place un plan pour empêcher Lord d'arriver à ses fins.
-          Vous savez quoi du but de Lord ? demanda Rose.
-          De ce que Solitaire a bien voulu nous dire, Lord voudrait contrebalancer les pouvoirs mondiaux actuellement en place avec son armée de Reboots. D'ici la fin du mois, si on ne fait rien nous serons sous son emprise. C'est pour ça que les choses bougent de plus en plus au Manoir. Et avec vous à nos côtés, la donne a changé. On a une véritable chance de réussir cette mission suicide. »
          
          Rose mit un long moment à mettre toutes ses idées en place. Ice et Sand lui avaient permis de connaitre les grandes lignes de l'histoire du Manoir et de son but. Finalement, Bird avait raison, il n'y a rien à craindre d'eux. Ils ont le même but et s'allier à eux pourrait leur permettre de mettre fin à l'espoir de Lord.
          
          Mais il y avait encore ses points d'ombres qu'elle ne pouvait pas élucider sans l'aide de ce Solitaire qui lui avait fait si mauvaise impression. Elle n'avait toujours aucune confiance en lui mais tout le monde connait l'adage : l'ennemi de mon ennemi est mon ami. Elle allait partir avec cette idée en tête et essayer de comprendre qui il était réellement. De même pour le silencieux Raven.
          
          Il y avait encore plein d'autres détails qui la faisaient tiquer. Comment trois reboot renégats et six renaissants pouvaient battre une armée de trente-neuf  soldats génétiquement modifiés ? Comment Solitaire pouvait penser espérer réussir cette mission ? Quel était ses plans ? Qu'avait-il réussi à faire jusqu'ici ?
          
          Et pour avoir toutes ses réponses il n'y avait qu'une chose à faire : retourner au manoir. 
  
A suivre...
              
Chapitre précédant                                                                                                          Chapitre suivant ►
--------------------
'Lut, 
Enfin quelques révélations dans ce quatorzième chapitre ! 
Il était temps je l'avoue mais je persiste à faire durer le plaisir haha ! 
J'espère que ce chapitre vous a plut et que ça continuera encore et encore !
Et voici mes habituelles questions : 
Avez-vous cru voir véritablement Solitaire ? Ou vous aussi vous êtes tombé des nuées comme nos Reboot ?
Comment trouvez vous le silencieux Raven ? Qu'attendez-vous de ce personnage ?
Comment trouvez-vous la relation assez tendue entre Fray et Rose ? Croyez-vous qu'elle va s'améliorer ? Que Bird va s'immiscer entre elles ?
Comment trouvez vous la réaction de Rose ? Puerile n'est-ce pas ? On voudrait lui donner des claques à cette fille ?
Maintenant que nous avons rencontré Ice et Sand avez-vous trouvez de qui il s'agit ?
Les aimez vous ?
Que pensez-vous de toutes les données qu'ils fournissent à Rose ?
Comment trouvez vous l'explication sur leur renaissance ? Ne vous inquiétez pas elle sera expliqué encore et plus en détail dans les prochains chapitres.
Et enfin que pensez-vous de la résolution de Rose ?
Qu'apportera la suite ?
Voili voilou
En tout cas, encore une fois un grand merci de lire cette histoire !
Z'houbix
Hina

PS: Le cycle des gènes qui secrètent des acides aminés qui créent des protéines est vraie. Sauf que la protéine dont je parle n'existe pas.

Tags : Start. Stop. Reset. Re-Start.

Chapitre 15 : Des Vérités 11/03/2016


 
          « Il nous manque encore quelques éléments. Le plus important serait de savoir avec quoi il veut faire chanter les nations et pouvoir le lui reprendre, déclara la voix robotisée.
-          Un virus mortel pour tous les humains, déclara une voix provenant de la porte du salon. »
  
          Bird n'eut pas de mal à reconnaître la voix de son amie qui était partie trois quart d'heure plus tôt. Il entendit aussi les pas de deux autres personnes qu'il n'arriva pas à identifier. Les trois nouveaux arrivants entrèrent dans le salon et se dispersèrent. L'un d'eux passa près de Bird, chargé des courses qu'il avait acheté plutôt, ce qui permit à l'aveugle de le reconnaitre : il s'agissait de Ice, l'homme qui avait soigné son amie. La dernière personne, qui suivit Ice de peu, lui resta inconnue, au contraire de Solitaire qui leur parla :
  
           « Ice, Sand, vous êtes là, constata-t-il, et vous nous avez ramené Rose. »
           
          Bird se douta que son amie devait fusiller du regard l'impertinent ou plutôt son image sur l'écran. Il la sentit ensuite s'asseoir à ses côtés sans pour autant ouvrir la bouche afin de répliquer quoique ce soit. Elle devait surement attendre que le duo prenne la parole et ne réponde à sa place. Alors il attendit lui aussi de voir les choses évoluées.
           
          « On l'a croisé sur la route du retour, déclara Ice de sa voix douce. Nous lui avons expliqué ce que nous faisions ici et elle a décidé de nous aider.
-          Parfait, répondit simplement Solitaire. Qu'est-ce que ce virus ?
-          Connaissez-vous le virus Azo ? interrogea Bird pour répondre à la question.
-          Le vaccin contre Ebola ? tenta Raven, suspicieux.
-          Exactement, mais il s'est retrouvé plus dangereux encore que le virus Ebola, continua l'aveugle. A Atlanta les chercheurs ont créé Azo qui était censée être la solution au problème mais le virus a été volé puis s'est répandu au Congo après une mauvaise transaction. Nous avons réussi à arrêter l'épidémie avant qu'elle ne cause de trop nombreux dégâts, expliqua-t-il.
-          Ca a juste détruit la moitié du Congo, maugréa Fray avant d'ajouter, et tué pas mal de monde ici aussi.
-          Nos chers savants fous de l'Institut ont réussi à récupérer une cellule souche du virus et l'ont fait muter pour immuniser les Reboots uniquement. Et depuis Lord veut l'utiliser pour se mettre les Etats dans la poche en leur faisant du chantage et promettant un antidote qui n'existe pas et qu'il n'a pas l'intention de trouver, finit d'expliquer Rose.
-          Et comme je vous l'ai dit tout à l'heure, nous pensons qu'il l'utilisera sur ceux qui ne veulent pas le rejoindre. Mais surement en cas d'urgence puisqu'il a une coalition d'armée impressionnante, compléta Bird.
-          C'est une menace potentielle en somme, mais j'ai bien peur qu'il finisse par l'utiliser, renchérit Rose. Il en est capable pour obtenir ce qu'il veut. »
           
          Après cette dernière déclaration tout le monde resta silencieux, réfléchissant au problème. Solitaire, confortablement installé dans son fauteuil de bureau face à son ordinateur était déjà en train de retourner toutes les informations qu'il avait en sa position grâce à Bird qui lui avait tout raconté. Le virus posait un véritable problème et il n'en avait même pas eu la connaissance. L'armée de Reboot et l'alliance aussi, mais c'était deux choses de moindre importance. Se battre contre des hommes c'est possible, leur faire reprendre raison aussi. Mais un virus sans aucun antidote... Impossible.
          
          « Nous devons lui reprendre et le plus tôt possible, déclara-t-il enfin. Ice, tu crois pouvoir trouver un antidote si on t'en apporte ?
-          Je n'en sais rien, So'.
-          S'il n'est pas efficace sur les Reboots, ce serait à cause de la protéine ? demanda-t-il ensuite.
-          Surement, c'est la seule chose qu'on a de différent avec le reste du monde.
-          Peut-on transmettre cette protéine à un humain pour qu'elle puisse être effective ?
-          Pourquoi ? demanda Fray. 
-          Pour que Lord devienne immunisé à son tour, répliqua Rose.»
           
          Solitaire regarda la jeune femme sur l'écran. Elle devait avoir son âge pourtant elle semblait plus jeune avec ses cheveux roses et ses yeux vert pétillants. Le jeune homme avait pu constater qu'elle avait un caractère bien trempé et semblait n'obéir qu'à elle-même. Il s'attendait à des questionnements ou des refus, mais ce n'était pas seulement une façon de contester l'autorité. Au contraire, elle était assez intelligente et pouvait jouer correctement avec ses informations et ses secrets. En plus, si elle réussissait à convaincre les Reboots de quoique ce soit, ils auraient des difficultés. Et cette histoire débile de confiance n'arrangeait pas ses affaires.
           
          Exactement, Lord est un simple humain qui s'est retrouvé à la tête d'une entreprise bien trop grande pour lui. Cependant il joue avec le feu tout en sachant qu'il pourrait être brûlé lui-même. Si j'étais un sombre crétin qui voulait gouverner le monde entier, je me prémunirais quand même du feu en portant une combinaison ou des gants, déclara-t-il. Je pense que Lord a dû, si c'est possible, se faire inoculé la protéine R afin d'être sûr de ne pas mourir bêtement en laissant échapper son arme. Donc Ice, est-ce possible ?
-          Je n'y ai jamais pensé, déclara-t-il, mais ça doit être possible. Il suffirait de faire un transfert de gêne dans une cellule souche de notre corps, elle se démultiplierait et prendrait le pas sur les autres cellules enfin en théorie. Et au bout d'un certain nombre d'année.
-          Mais c'est possible avec les connaissances et le matériel suffisant, ce qu'ils ont là-bas, dit Solitaire. Hum... Vous pouvez vaquer à vos occupations, je vous recontacterais lorsque j'aurais un plan d'action pour leur reprendre ce virus Azo ou sa mutation peu importe. Raven...
-          J'arrive, fit-il en se levant. »
           
          Solitaire coupa alors la communication et se mit à chercher frénétiquement du papier et un crayon pour rédiger ce qu'il avait dans la tête. Alors qu'il griffonnait sur sa deuxième feuille, Raven entra dans la pièce sans frapper. Il vint se poser au côté du jeune homme et regarda par-dessus son épaule.
           
           « Par quoi on commence chef ? demanda-t-il. »
           
~.~.~
          
        La télévision venait de s'éteindre totalement avec un petit grésillement. Raven se leva immédiatement et sortit par la double porte qu'il referma derrière lui. Sand et Ice, eux,  reprirent leurs paquets de course et se dirigèrent vers la cuisine pour pouvoir les ranger, laissant ainsi le trio seul pour mieux réfléchir à ce qui allait suivre.
          
          Fray ne savait plus vraiment ce qu'elle devait penser de toute cette histoire. Elle avait enfin eu tous les détails et en était presque perdue. La seule certitude qu'elle avait c'est qu'elle en voulait encore à Rose pour les mensonges et les cachotteries. Elle allait les aider évidemment mais lorsque toute cette histoire serait finie, elle partirait loin, elle en était certaine.
          
          En attendant, elle voyait ses deux amis Reboots parler entre eux en silence pour que seuls eux se comprennent et ne s'entendent. Elle savait que c'était pour éviter les micros qui devaient être cachés dans la pièce mais ça l'agaçait. Elle en était maintenant et elle voulait l'être vraiment, ne plus être sur la sellette à attendre qu'on daigne lui accorder son attention. Elle se leva donc et se posta devant eux.
           
          « J'existe ! déclara-t-elle d'une voix forte. Je suis là, devant vous, mais je ne vous entends pas ! Désolée de ne pas avoir de super dons qui me permettent d'entendre tout et n'importe quoi, ni un qui me permette de capter chaque détail et chaque mouvement. Désolée d'être si humaine ! »
           
         Elle cracha le dernier mot avec un dédain qui la surprit elle-même. Mais c'était la vérité. Les Reboots obtenaient tous une sorte de don plus ou moins cool, mais elle, elle n'avait obtenu qu'une agilité plus poussée que la moyenne. Certes, elle pouvait sauter dans le vide de plusieurs mètres et atterrir sans aucun souci sur ses deux jambes, elle pouvait se faufiler dans n'importe quelle brèche et elle ne tombait jamais mais ça ne servait à rien dans ce cas-là. En plus, la plupart des Reboots étaient formés pour arriver à ce niveau, sans y parvenir complètement, mais ils y tendaient. Or elle, elle ne pouvait pas avoir des yeux-caméras ni une ouïe sonar quand bien même elle ferait tous les efforts du monde.
          
          Bird et Rose se tournèrent vers elle, et la dévisagèrent (enfin Rose seulement) comme s'ils la voyaient pour la première fois. Loin d'eux l'idée de la mettre de côté ou qu'elle n'existait pas, c'était simplement plus facile. Rose ne voulait pas que Solitaire puisse entendre ce qu'elle disait et Bird était capable d'entendre alors pourquoi s'en priver. Elle ne s'était jamais mise à la place de la brune, elle aurait surement dû.
          
          « Si vous voulez parler sans que des oreilles indiscrètes n'écoutent, on a qu'à bouger ! Mais non, vous restez à deux dans votre bulle. J'aimerais être au courant des choses en même temps que vous et ne plus être la cruche qui attend qu'on l'en informe à la dernière minute. Alors dites-moi ! Maintenant et ici ! ordonna-t-elle.
-          Fray, on ne veut pas te mettre de côté, commença Rose d'une voix douce.
-          Oh arrête je t'en prie ! déclara-t-elle. J'ai pas besoin de tes bons sentiments ni de ton réconfort !
-          Je crois que le problème se trouve ailleurs, je vais vous laisser, déclara Bird en se levant. Crevez l'abcès ou on court à notre perte. »
           
          La jeune femme aux cheveux roses était abasourdie, jamais Fray ne lui avait parlé ainsi et maintenant Bird la lâchait. Il referma la porte derrière lui et les deux jeunes femmes se firent face. La brune essayait de maitriser sa colère alors que la générale essayait de comprendre ce qu'il se passait sans y parvenir. Elle avait des choses bien plus importantes dans la tête mais Bird avait raison, si elles ne s'entendaient plus le plan risquait de s'émietter et tout leur espoir de battre Lord serait mort avant d'avoir pu prendre de l'ampleur. Elle se décida donc à poser la question fatidique.
           
          « Qu'est-ce que tu me reproches ? demanda-t-elle presque abattue en se calant dans le canapé.
-          Tu m'as menti, tu m'as tourné en ridicule, tu m'as caché des informations hyper importantes, tu m'as fait croire que tu étais avec Bird et tu n'as rien démenti du tout ! cita-t-elle. Et maintenant, alors qu'on est dans le même bateau, tu ne veux pas me dire la direction que tu veux prendre ! En fait mon problème Rose, c'est que tout tourne autour de toi ! Tu es une diva, une princesse qui a accès à tout ce qu'elle veut en un claquement de doigt et qui décide toujours de tout. En plus de ça, tu as un passé mélodramatique pour te donner plus d'importance. Tu es l'héroïne du film, celle que tout le monde veut aider, la petite chose fragile qui se révèle être parfaite en tout point ! Ah non, c'est vrai, pour que le scénario soit cohérent il faut que tu es quelques défauts du genre tu es trop petite ou tu fonces tête baissée pour sauver tes amis sans réfléchir aux conséquences !
-          Il n'y a pas de film, c'est la vraie vie Fray et... commença Rose.
-          O pitié arrête ! Et il faut sauver le monde c'est ça ? L'héroïne type ! cracha la brune. Pourquoi tu m'as rien dit hein ? Je croyais qu'on était amie et pas de simple coloc' de chambre dans un endroit pourri ! Mais il faut croire que c'était simplement ça... J'étais la remplaçante qui s'est fait recaler... »
           
          Les mots qui sortaient de la bouche de Fray lui faisaient horriblement mal. Elle prenait toute la mesure de la chance qu'elle avait eu de tomber dans la chambre de Rose et que celle-ci la laisse entrer dans sa vie. Si ça n'avait pas été le cas, elle aurait été de ceux que Rose et Bird ignoraient. Elle les aurait regardés simplement de loin avec admiration, comme elle l'avait fait toute sa vie. Elle n'aurait pas fait partie de l'histoire. Elle était ce stupide personnage secondaire inutile et qui sert à meubler les vides...
          
          Oui, ils n'auraient jamais été amis tous les trois parce que Rose serait restée muette comme une carpe et que Bird n'aurait prêté attention qu'à la jolie Rose si géniale. Elle aurait eu un job pourri au sein de l'Institut et aurait essayé de se lier d'amitié avec d'autres qui auraient critiqué sans cesse la Générale de vingt-quatre ans hautaine et sans scrupule. Elle en aurait peut-être fait autant... Une figurante sans texte et sans importance.
          
          « Fray, reprit doucement Rose, je ne peux pas comprendre ce que tu ressens et j'en suis désolée. Avec Bird, on a décidé de te tenir à l'écart, non pas parce que tu es la cinquième roue du carrosse, mais pour te protéger. Et ça a fonctionné en un sens puisque Lord ne m'a pas prescrit ton prochain assassinat. L'Institut n'était clairement pas un lieu où l'on pouvait parler librement et de manière inconsciente je me suis tournée plus facilement vers Bird avec qui je pouvais parler aisément sans crainte. On ne pensait pas à te faire du mal, mais c'est ce qu'on a fait. Les excuses ne serviront surement à rien, mais je m'excuse quand même. Toi et Bird vous êtes ceux qui m'ont fait tenir bon et rien ne changera ça, crois-moi. Alors dis moi ce que je peux faire pour me faire pardonner ?
-          Souffre, ça m'aiderait déjà pas mal, répondit Fray. Et puis, si tu pouvais rester défigurée avec ton bleu à la mâchoire et tes égratignures aussi. Et enfin me mettre au courant de tout, tout le temps et pas trois jours plus tard. Et... peut-être que je consentirais à te pardonner.
-          J'essayerais, sourit faiblement Rose, et je te tiendrais au courant de tout. Nous ne sommes plus à l'Institut après tout même si je n'ai clairement pas confiance en ce Solitaire. »
          
          Fray ne répondit pas mais esquissa un faible sourire. Avait-elle vraiment besoin d'être en colère contre Rose ? Certes, elle s'était conduite comme une connasse des profondeurs, l'avait blessé, lui avait menti et l'avait abandonné au lieu de la réconforter, mais ses arguments étaient valables. Elle garderait une ranc½ur envers la générale. Elle ne pouvait pas lui pardonner en un claquement de doigt, mais ça ne l'empêchait pas de travailler main dans la main.
          
          Une fois que tout serait terminé, soit elle serait morte, soit elle pourrait remettre en cause son amitié envers Rose. Mais maintenant, il fallait qu'elles discutent de la marche à suivre, qu'elles établissent un plan, qu'elles partagent leur connaissance. Elle ne devait plus être le personnage secondaire mais partager l'affiche avec Rose. Elle s'en faisait la promesse.
          
          Elle finit par se détendre et s'asseoir à côté de son amie pour qu'elle lui explique la discussion silencieuse qu'elle avait avec Bird. Rose ne lui mentit pas : elle posait simplement des questions à Bird par rapport à ce qu'avait pu leur dire Solitaire pendant son absence. Par exemple, le fait qu'ils portent tous des surnoms, - pour ne pas être reconnu-, comment ils faisaient pour ne pas se faire reconnaitre, s'ils avaient encore de la famille etc. Des petits détails sur cette vie en autarcie dans ce Manoir.
          
          Fray entreprit alors de répondre, heureuse d'être enfin utile. La plupart des membres de l'Institut, ou aussi appelée par eux-mêmes les Renaissants, venaient pour la plupart de Seattle. Comprenant ainsi Solitaire, Raven et Blast, Storm Ice et Sand étaient venus des quatre coins du pays. Ils avaient migrés au Texas sans cette petite ville à côté de Dallas sous les indications de Solitaire. En effet, il avait trouvé cette ancienne colonie anglaise qui avait servi à des réalisateurs hollywoodiens dans le cas du tournage d'une série il y a quelques années. La suite étant encore en discussion, cette partie de la ville restait vide de toute vie. Ils n'avaient ainsi aucun voisin et pouvaient profiter de cette grande demeure sans problème. Blast avait dit à Fray que leur chef était calé en informatique et qu'il avait hacké le système afin d'obtenir la maison mais sans avoir à payer d'impôts ou de factures de consommation. Ainsi, seules les courses étaient à leur charge. C'était Storm, un Renaissant que Rose n'avait pas eu l'occasion de voir, qui travaillait dans la ville pour gagner de l'argent.
          
          La générale demanda alors à Fray tout ce qu'elle savait des habitants de cette maison. Elle voulait les cerner, les connaitre et les analyser afin de se prémunir de n'importe quoi. Elle avait déjà rencontré Raven le taciturne et laconique second de Solitaire, ainsi que Blast bien que leur première rencontre n'était pas des plus plaisantes. Et puis Ice et Sand lui avaient fait une bonne impression mais au final elle ne connaissait pas grand-chose d'eux. Fray lui fit un petit organigramme. A la tête du manoir, Solitaire dont personne ne connaissait le véritable visage, si ce n'est Raven. Elle ne savait rien de lui que ce qu'elle avait appris aujourd'hui. Mais les Renaissants semblaient avoir une totale confiance en ses capacités et lui obéissaient sans protester.
          
          Ensuite, il y avait Raven. Elle n'avait pas eu l'occasion de beaucoup lui parler. C'était grâce à lui qu'ils avaient atterrit tous les trois ici. Rose apprit qu'il l'avait aussi sorti du fossé où elle était tombée. Il semblait savoir tout ce qui se passait dans le manoir à l'instar de Solitaire. Il était très silencieux, passait souvent inaperçu et ne faisait clairement pas de vague.  Il avait été le premier Renaissant, Fray supposa que c'était comme ça qu'il avait obtenu son poste haut gardé. Il faisait aussi généralement partie des missions commandos avec Blast.
          
          Celui-ci était beaucoup plus bavard et chaleureux que son meilleur ami. Il l'avait mise à l'aise facilement, lui avait présenté les lieux etc. Il était mort il y a deux ans, à vingt-cinq ans lors d'une fusillade de rue à Seattle. Il était assez sympathique dans l'ensemble mais pouvait facilement être vexé ou contrarié. Il était assez tête de mule mais très joueur. En somme, Fray l'aimait beaucoup. C'était la personne dont elle était le plus proche.
          
          Ensuite, il y avait Sand arrivé six mois après eux. Fray ne lui avait adressé que quelques mots simplement. Il n'était pas de nature très ouverte de ce qu'elle avait pu voir, ou bien c'était dû à une certaine timidité. Dans l'organigramme, elle le considérait comme un simple soldat aux ordres de Blast et Raven.
          
          Le suivant été Storm, qui était arrivé très rapidement après. Elle n'avait pas pu lui parler beaucoup puisqu'il allait au travail, mais de ce qu'elle avait vu c'était quelqu'un d'assez ouvert. Il lui avait parlé sans problème mais semblait bien fatigué ou blasé, à cause du travail sans doute. Elle l'aimait bien parce qu'il répétait sans cesse « ça me gonfle ». Il est aussi très poli, s'excusant souvent pour un rien, mais sans tomber dans le ridicule d'après la brune. Il avait des cheveux blancs et une peau basané. 
          
          Ice quant à lui était le médecin de bord. Il n'avait que vingt-sept ans et était en pleine étude de médecine lorsqu'il est mort. Solitaire avait été ravi de l'accueillir parmi eux l'an dernier. Il s'occupait des blessés lorsqu'il y en avait ou alors étudier dans son labos sur les missions que lui donnaient leur chef. Elle apprit à Rose qu'elle l'avait pris pour une fille la première fois qu'elle l'avait vu tellement il avait des traits fins et féminins et une voix douce.
          
          Rose interrogea ensuite son amie sur le fait que Solitaire avait connaissance des Reboots.  Fray eut plus de mal à lui répondre. De ce qu'elle avait compris des explications vagues de Solitaire sur le sujet, il avait intercepté l'un des espions de Lord dans le monde réel qui voulait amener un corps hors de la morgue. Il avait alors arrêté l'homme en question, récupéré le corps qui n'était autre que Raven, le premier à être entré à son service, et il l'avait questionné jusqu'à découvrir son lien avec l'Institut. La réponse n'était pas très convaincante et Rose se promit d'en apprendre plus sur le sujet. Elle devait attendre le bon moment pour être sûr d'avoir des informations et pas de réponses floues. Pour l'instant, le plus important était de se concentrer sur la mission en cours : récupérer la mutation Azo. 
            
A suivre...
             
Chapitre précédant                                                                                                          Chapitre suivant ►
--------------------
'Lut, 
Enfin le quinzième chapitre de ma FF !
Vous en apprenez enfin plus sur les Renaissants et le Manoir et la Relation Rose/Fray s'améliore un peu !
Qu'en avez-vous pensez ? 
Comment voyez-vous la suite des opérations ?
Les révélations sur le virus et la possibilité que Lord soit immunisé ? Vous y croyez ?
Avez-vous enfin découvert tous les personnages de l'Institut grâce à Fray ?
Comment trouvez-vous d'ailleurs sa relation avec les Renaissants ?
Croyez-vous qu'il y a anguille sous roche ?
Et qu'adviendra-t-il de la suite ?

Tags : Start. Stop. Reset. Re-Start.