• 17229 visits
  • 54 articles
  • 0 hearts
  • 12331 comments

Itachi Uchiwa~★ 02/07/2015







 
Frère aimant, Shinobi d'exception, Héros sans renommé, Mort pour la vie. 
    
       
  "Désolé petit frère, il n'y aura pas de prochaine fois " 
  
Marié avec Sakura ~
  
  {938 HP + 5}
  
10= un Heavy Pounto

Ficlet ~ Une engueulade de plus 29/03/2014

Mois : Février ~ Thème : Je t'aime moi non plus
     

          
          Ino avait une fois encore voulu emmené Shikamaru faire les boutiques avec elle. Shikamaru avait pourtant horreur de ça et elle le savait très bien. Tous deux se connaissaient depuis l'enfance. Il avait passé la plupart de leur scolarité ensemble jusqu'au lycée. Ensuite, ils avaient pris des chemins différents : psychologie pour Shikamaru et paysagiste pour Ino. C'est après une première année loin l'un de l'autre qu'ils s'étaient rendu compte de leur attirance.
     
          Pendant les vacances, alors qu'ils travaillaient tous les deux chez le fleuriste de leur ville natale, ils s'étaient rapprochés plus encore qu'ils ne l'étaient. Au bout de ces deux mois, ils sortaient ensemble.
Aucun de leurs amis ne s'y attendait. Ils les avaient toujours vus se chamailler pour un oui ou pour un non. Généralement Shikamaru laissait Ino parlait et « avoir le dernier mot » comme elle aimait dire. Cette méthode leur convenait : Ino gagnait et faisait ce qu'elle voulait alors que Shikamaru pouvait continuer à dormir tranquillement ou paresser à droite et à gauche. Ils étaient heureux comme ça et leur couple perdurait. Cela faisait maintenant trois ans qu'ils étaient ensemble.
     
          Ce n'était pas le genre de couple à dire toujours « nous », à faire tout ensemble, à s'envoyer des c½urs par centaine ou encore à s'embrasser à longueur de journée. Ils se voyaient régulièrement entre leur étude assez prenante. Ils pouvaient passer des soirées ensemble à parler, ou faire des activités côte à côte ou bien à se regarder un film l'un dans les bras de l'autre.
     
          Seulement, par moment, le côté extravagant d'Ino ressortait. Elle voulait être admirée, aimée, plaire et qu'on lui donne tout sur un plateau d'argent, qu'on fasse ce qu'elle dit. C'est comme ça que Shikamaru s'était retrouvé à suivre sa compagne dans les rues bondaient de la métropole.
     
          Ino était à la recherche d'une jupe bien précise, fluide, bleu marine, avec des poches. Elle ne voulait rien d'autre mais ne trouvait pas ce qu'elle voulait après une vingtaine de boutique. Shikamaru n'en pouvait plus, il voulait rentrer.
     
-         « Arrête de me dire ça, on partira quand j'aurais trouvé ma jupe ! Tu n'es plus un gosse pour faire ce genre de caprice Shika !
-          Non mais Ino ça fait déjà une heure trente qu'on cherche ta jupe ! On rentre, tu commandes sur internet et on est tous les deux contents !
-          Voilà ! Voilà encore ton fameux « on rentre ». On ne sort jamais avec toi, tu trouves toujours une excuse : « Il y aura trop de monde », « Il fait trop chaud » « trop froid » ! s'irrita la blonde.
-          Je n'aime pas sortir et tu le sais très bien ! Je suis quand même là non comme toujours ! Mais là ça commence à bien faire !
-          Ouais c'est ça, ça commence à bien faire ! Tu n'avais qu'à pas venir !
-          Si je ne l'avais pas fait ça aurait été pire ! Tu te serais mise en pétard, tu m'aurais dit que je ne bouge pas etc !
-          Non j'aurais compris, je t'aurais dit que je reviendrais après !
-          Tu parles oui ! Tu aurais fait ta diva comme toujours !
-          Ma... Diva ? »
      
          Shikamaru s'en voulut d'être allé si loin. Il savait pertinemment qu'Ino détestait ce mot qui l'avait suivi durant toutes les années collèges, moment pendant lequel la jolie blonde essayait de cacher son mal être derrière une figure de Reine du Bal. Mais il en avait vraiment marre et elle se comportait comme telle à l'instant. Ino elle avait eu un petit moment d'arrêt face à ces mots qu'elle venait de répéter lentement, comme pour en comprendre le sens. Il avait osé.
     
-       « Tu sais quoi ! Vas-y rentre monsieur le flemmard et ne t'attends pas à me revoir d'aussitôt ! Après tout je suis une diva, je fais ce que je veux ! Je peux te jeter comme une vieille chaussette pour aller voir un autre mec ! Kiba par exemple ! lança-t-elle sèchement.
-          Kiba ? Vraiment ? Je vois ! Ok j'ai compris ! Fini ton shopping toute seule ou appelle-le si ça te chante ! Je me casse et ne revient pas en pleurnichant parce qu'il t'aura fait du mal ou quoique ce soit ! »
      
          Shikamaru tourna les talons tirailler entre le fait de s'être encore une fois disputé avec sa blonde et le fait qu'elle est utilisée Kiba comme moyen de pression. Kiba avait eu des vu sur Ino pendant quelques années et n'arrêtait pas d'en parler à Shikamaru jusqu'à ce que celui-ci lui dise que la blonde était sa copine.
     
          Quant à Ino elle n'avait pas été spécialement contre l'attirance de Kiba. Il s'en alla donc, rentra chez lui et broya du noir. Et dire qu'il aurait dû passer une journée en amoureux simplement et tranquillement...
     
          Vers vingt heure trente l'interphone sonna. Shikamaru savait qui était en bas, à la porte, demandant d'entrer. Il ouvrit sans même parler, il n'en avait pas la force. Au bout de cinq minutes sa porte d'entrée s'ouvrit sur une jolie jeune fille qu'il connaissait bien. Sa blonde était là, gênée par la situation, dans une jupe bleu fluide avec des poches. Elle avait fini par trouver son bonheur finalement.
     
-         « Shika, commença-t-elle fébrilement, désolée pour tout à l'heure je suis allée trop loin et je sais que tu n'aimes pas faire les boutiques...
-          Mmm.
-          En plus, s'engueuler le jour de la saint Valentin c'est pas très malin pour un couple, rit-elle faiblement.
-          C'est pas faux.
-          Tu m'en veux ?
-          Non, de toute façon on s'engueulera demain et après-demain aussi, comme toujours ! C'est simplement la quinzième depuis le début du moi ! sourit-il en l'embrassant.
-       Et puis regarde-moi cette jupe, elle valait le coup quand même non ? sourit la blonde, rassurée.»
     
          Et ils passèrent leur soirée tranquillement devant des films d'amour qu'Ino adorait mais que Shikamaru regardait à peine. 
    
A suivre...
 
◄ Partie précédente                                                                                                Partie suivante ►
-----------------------
'Lut, 
Voici le mois de février fraichement sortie début Mars ! 
Je voulais faire autre chose à la base mais l'inspiration me manquait un peu. 
Pour le couple Ino x Shika, je voulais changer du célèbre TemaShika. 
Je sais que ce n'est pas des plus original non plus mais j'ai des idées plein la tête alors ne vous inquiétez pas.
J'espère que ça vous a plu ! 
Je veux que ce recueil soit vraiment "lié" d'un ficlet à l'autre, j'espère que j'arriverais à faire ce que je veux ! 
J'espère que ça vous a plu.
Merci d'avoir lu ♥ 
Hina

Tags : Ficlet - Un mois une histoire

Ficlet ~ Coincé dans son appartement 05/03/2014

 
Mois : Mars ~ Thème : Enfermement
  
  
          Il était en retard. Son réveil n'avait pas sonné ou bien il ne l'avait pas mis en route hier soir. Dans tous les cas le constat était le même : il était en retard. Se dépêcher n'était pas dans ses habitudes mais aujourd'hui était différent. Ino l'avait appelé, il y a une dizaine de minutes, signifiant que s'il n'arrivait pas dans dix minutes, c'était la fin de leur couple.
          
          Ils battaient de l'aile depuis l'histoire de la fameuse jupe bleue. Shikamaru ne voulait plus faire les boutiques, ce qu'avait accepté la blonde, jusqu'à ce qu'elle veuille sortir acheter une nouvelle veste en cuir pour le printemps. S'en était suivi une nouvelle crise endiguée par l'abandon de Shikamaru. Puis quelques jours plus tard, une nouvelle dispute qui n'eut pas forcément de fin. La tension continua à s'accentuer les jours suivants. Et Ino avait ramené Kiba dans la danse. Celui-ci ne savait plus à qui ni à quoi se vouer alors il suivait la blonde sans plus se poser de question. En somme, Shikamaru et Ino n'arrivaient plus à se comprendre.
          
          Aujourd'hui, ils avaient prévu de se voir tous les deux, de passer une journée tranquille sans boutiques et sans rester sur place pour trouver le juste milieu entre eux deux. Le problème c'est que Shikamaru ne s'était pas levé.
          
          Il avait pris une douche rapide, avait vêtu les premières fringues qui lui étaient passées sous la main. Il sauta le petit déjeuner, brossa ses dents rapidement, ne prit même pas la peine de démêler ses longs cheveux avant de les attacher comme à son habitude. Il regarda l'heure sur son portable : c'était critique. Les dix minutes étaient déjà passées.
          
          Il composa le numéro de sa blonde pour s'excuser du retard, qu'il n'en a plus que pour cinq minutes le temps d'arriver au centre-ville de Lille une fois qu'il aurait sauté dans le métro. Elle ne répondit pas, hautaine. Il râla en cherchant ses affaires. Il n'y avait vraiment qu'elle qui pouvait le sortir de ses habitudes et de ses gonds. Il enfila sa veste, chercha ses clés dans sa poche et recomposa le numéro d'Ino. Cette fois-ci elle décrocha.
          
-          « Ça fait dix minutes, dit-elle sèchement.
-          Je sais, je suis en train de sortir de chez moi, j'arrive bientôt. Attends-moi s'il te plait.
-          C'est ce que je fais tout le temps, je t'attends. J'attends que tu bouges, j'attends que tu te réveilles, j'attends que tu te plaignes, j'attends tes attentions, j'attends tes « je t'aime » j'attends sans cesse avec toi !
-          Pardon ? dit-il en s'arrêtant complètement.
-          Tu m'as très bien compris, j'en ai marre d'attendre. Kiba, lui...
-          Ah Kiba ! la coupa-t-il. Toujours lui. Monsieur est parfait. Moi je ne suis qu'une loque, qui dort tout le temps, qui baille, qui s'en fou de tout c'est ça ? Tu n'as qu'à sortir avec lui toi qui en a tellement envie.
-          Shikamaru ! Je n'ai pas dit ça ! »
           
          Un silence s'installe entre les deux alors que Shikamaru descendait les escaliers pour sortir de son immeuble. Un soupir d'Ino passa dans le combiné, agaçant Shikamaru.
           
-          « Bon écoute Shika, dépêche-toi d'arriver qu'on puisse parler en face à face et mettre les choses au clair et au calme. On perd patience tous les deux-là et ça ne sert à rien.
-          Ouais, j'arrive.
-          Je t'attends encore dix minutes après je pars, sache-le.
-          C'est bon, je suis devant la porte. Dans deux minutes je suis dans le métro. »
          
          Il raccrocha sans autre mot, toujours énervé par toute cette mise en scène. Il ouvrit la porte. Du moins, il essaya. La porte resta close alors qu'il tirait vers lui. Il essaya de pousser pour voir si c'était son habitude qui le trompait. La porte ne bougea pas.
          
          Il fit un tour de clé et réessaya d'ouvrir. Il s'acharna sur la porte par dépit, mais elle ne s'ouvrit pas. Il laissa tomber sa tête contre la porte avec un soupir à fendre l'âme. C'était pas sa journée. Il alla toquer chez le concierge pour savoir ce qu'il se passait. Celui-ci lui apprit que depuis neuf heures, les portes de tout l'immeuble étaient fermées pour réviser les joints, les gongs, les serrures, l'ouverture automatique etc. Shikamaru se maudit. Il le savait, il avait eu un prospectus dans sa boite aux lettres en début de semaine. Il avait même fait la remarque qu'il y avait une faute dans le titre «  Toute les portes extérieurs seront fermés le 30 mars pour une révision totale de l'immeuble ». « Toute » devait prendre un « s ».
          
          Il téléphona une nouvelle fois à Ino pour lui dire qu'il ne pourra pas être là avant onze heures. Il se doutait que sa copine serait en colère, mais il n'y pouvait rien cette fois-ci. Alors que la tonalité reprenait son rythme lancinant, il se demandait ce qu'il allait pouvoir dire pour amorcer la bombe.
          
-          « Tu étais censé arriver dans deux minutes pourquoi tu m'appelles ?
-          Moi aussi je suis content de t'avoir au téléphone, soupira le brun. Je ne pourrais pas être là, je suis enfermé chez moi.
-          Pardon ?
-          Je ne peux pas sortir de mon immeuble, je suis coincé à l'intérieur, répéta-t-il.
-          Mais bien sûr ! Si tu ne voulais pas me voir, tu n'avais qu'à me le dire. Ne va pas me dire que tu veux sauver notre couple après ça ! Ça fait vingt minutes que je poireaute pour rien ! Tu sais quoi va te faire foutre ! Glande comme une merde et oublie-moi ! »
          
          Elle ne lui laissa pas le temps de dire quoi que ce soit, elle raccrocha. Il soupira, il le savait. Il remonta chez lui et se plaça devant sa télévision. Il n'avait plus qu'à faire ce qu'elle lui demandait. Il glanda toute la journée. Il en avait marre de ces conneries.
          
A suivre...
 
◄ Partie précédente                                                                                                Partie suivante ►
-----------------------
'Lut,
Voici le nouvel ficlet pour le Challenge Un mois, une Histoire. 
D'où m'est venu cette idée ? De ma propre vie folle ! 
Il y a un mois je me suis retrouvée enfermer chez moi (bon pour d'autres raisons) mais c'était hilarant alors je voulais le ré-utiliser !
Voili voilou~ 
J'espère que ça vous a plu ! 
Z"houbix ♥
Hina

Tags : Ficlet - Un mois une histoire

Ficlet ~ Un billet de train 05/02/2016

  
Mois : Avril ~ Thème : Inégalité sociale
  

            
         Gare de Lille. Dix heures quarante-trois. Les gens se pressaient de part et d'autre en directions des différentes voies mais aussi vers la grande sortie de la gare ou bien encore pour prendre l'escalator en direction du métro. Et au milieu de toute cette agitation, une file linaire et immobile. Devant le poste d'information de la gare une dizaine de personne attendait leur tour lorsque Shikamaru arriva.
         
          « Non mais c'est pas vrai, ils se sont tous donnés le mot ou quoi ? maugréa-t-il en se plaçant en bout de fils. »
         
         C'est un bout d'une demi-heure que Shikamaru se retrouva presque à son but. Il ne restait qu'une seule personne devant lui, une femme à la peau mate et au cheveu carmin. Elle se plaça devant le garçon qui tenait le stand et commença à parler de son problème : un certain Darui. Shikamaru aurait voulu s'effondrer quand il comprit que les deux personnes étaient amis et parlaient de tout sauf de la gare, des trains, des voyages et des horaires chaotiques de la SNCF.
         
         Il s'apprêtait à intervenir dans la conversation animée lorsque son téléphone sonna. Il le sortit de sa poche et après avoir vu l'image hilarante d'une Temari endormie sur le balcon de son appartement, il décrocha.
                  
          « Ouais ? dit-il simplement.
-          Mon cher ami, j'espère que tu as nos billets de train pour Suna ! déclara-t-elle, elle aussi sans préambule.
-          Je suis dans la file. Explique-moi encore pourquoi c'est moi qui devais les prendre ?
-          Parce que tu as perdu au beer pong. Et pour rappel, on part du 10 au 17 mec.
-          Tema, ça me blesse ce que tu dis là, fit-il faussement vexé.
-          O pauvre chou ! se moqua-t-elle. Au fait, je suis plus étudiante donc il faudra que tu me prennes un billet moins de 27 ans, ok ?
-          Ce sera tout madame ?
-          Je crois, oui, sinon je t'appellerais de nouveau c'est pas grave ! Allez Ciao ! »
          
         Il n'eut pas le temps de répondre quoi que ce soit qu'elle avait déjà raccroché. Temari avait toujours été très impulsive et réactive. Shikamaru l'avait rencontré trois ans plus tôt, lorsqu'il était en deuxième année de psychologie. Il avait voulu intégrer la Taverne Oubliée, une association de jeux de société de sa fac afin de trouver des concurrents pour jouer au Shogi. Temari était l'une des membres de l'association et elle avait fait passer le « test » d'entrée à Shikamaru. Ce test consistait à savoir si le nouveau membre était compétent au niveau des jeux de société, mais s'il avait des connaissances élargies en la matière et enfin s'il était sympathique. Ils avaient joués tous les deux à Pandémie, un jeu de société collaboratif qui consiste à éradiquer des maladies avant qu'elles ne prennent le dessus sur le monde entier. Ils avaient lamentables perdu, chacun ayant sa propre stratégie. Puis elle lui avait fait remplir un questionnaire sur les jeux de société avec des questions plus que basiques telle que «  Quel est le jeu dont le but est de plumé ses adversaires à l'aide d'hôtel à Paris ». Shikamaru n'avait aucune connaissance et avait échoué. Puis ils avaient une sorte d'entretient pour calculer la « coolitude » de Shikamaru, terme inventé par la blonde. La réponse, à la fin, fut claire : « Ciao ». Shikamaru ne s'était pas démonté pour autant et lui avait fait la morale :
         
          «  Parce que je n'ai pas assez de connaissance tu ne veux pas me faire entrer ? C'est idiot, si je veux vous rejoindre c'est justement pour en apprendre plus. Il ne devrait pas y avoir d'inégalité entre toi et moi ni personne d'autres. L'idée d'une association c'est de partager quelques chose tous ensemble ! C'est pas grave, reste radine, j'irais voir ailleurs, là où on m'acceptera pour qui je suis et pas en fonction de mes différences »
         
         Temari était restée silencieuse quelques secondes avant d'éclater de rire. Shikamaru avait pris la mouche, une chose très rare, et cela avait plu à la blonde. Elle lui avait alors annoncé qu'il était pris. Que le vrai test c'était d'être soi-même et de montrer la volonté d'intégrer l'association. Shikamaru avait décliné. Et leur amitié était née. Aussi étrangement que cela puisse paraître, ils s'entendaient à merveille à leur manière. Ils avaient d'ailleurs prévu de partir ensemble en vacances, dans le pays natal de Temari.
         
         Il se présenta enfin en face de l'homme aux cheveux blancs, à la peau basanée et à la sucette dans la bouche.
         
          « Que puis-je pour vous ? demanda-t-il.
-          Je voulais savoir s'il y avait déjà la possibilité d'acheter des billets de train pour juin ? commença Shikamaru.
-          Oui c'est possible dès maintenant vous voulez les acheter ? demanda l'homme en regardant son ordinateur après quelques manipulations.
-          Oui, je voudrais un aller-retour avec la réduction étudiante boursier et un aller-retour moins de 27 ans. Donc le départ le 10 et le retour le 17, expliqua Shikamaru.
-          Ce sera tout ? demanda l'homme.
-          J'aimerais connaitre la différence de tarif aussi, s'il vous plait, dit le brun pour pouvoir donner le compte à Temari et être remboursé.
-          Ça fera 45 euros aller-retour pour le moins de 27 ans et 58 euros pour l'étudiant boursier, répondit le blanc. Par carte ?
-          Attendez c'est moins cher pour le moins de 27 ans ?
-          Oui.
-          Alors je veux deux moins de 27 ans ! Vous vous rendez compte que c'est inégalitaire ? Il y a beaucoup plus de personne moins de 27 ans que d'étudiant boursier.
-          C'est pas mon problème m'sieur. Ça fera donc 90 euros en tout, reprit le travailleur. Par carte ? »
          
         Shikamaru acquiesça et paya n'en revenant toujours pas de la différence de prix entre les deux. Il se serait fait piégé sans cela. Il récupéra ses billets et rentra chez lui avec une pensée : Les inégalités étaient partout.
   
A suivre...
  
◄ Partie précédente                                                                                                Partie suivante ►
---------------
'Lut, 
Voici le nouveau ficlt pour mon Challenge Un mois, Une histoire ! 
Cette fois-ci il s'agissait du thème Inégalité Sociale et je dois dire qu'il me bottait pas plus que ça ~ 
J'espère que j'ai assez bien respecté le thème en l'utilisant deux fois on va dire. 
Et en tout cas, je suis contente de pouvoir enfin utiliser ma petite Temari ! 
et puis l'histoire prend vraiment forme je suis assez contente ! 
Dites moi ce que vous en avez pensée vous aussi !
J'espère que ça vous a plu !
Merci ♥
Hina
 

Tags : Ficlet - Un mois une histoire

Ficlet ~ Rencontre au détour d'un livre 02/02/2015

Mois : Mai ~ Thème : Rencontre
  
 
  
          Il venait tout juste de finir ses derniers examens de l'année avec un franc succès. Il ne lui restait plus qu'à passer sa première présentation pour son mémoire le 18 mai, ce qui lui laissait assez de temps pour le préparer complètement.  Durant toute cette année il avait dû écrire les vingt-cinq premières pages de son mémoire mais la flemme avait été de la partie et il en avait à peine écrit dix.
          
          Et lorsqu'il allait enfin s'y mettre, il n'avait plus la tête à ça. Le mois dernier Ino l'avait officiellement quittée. Ça lui avait fait un choc, il avait arrêté toute activité pendant un laps de temps assez long. Elle l'avait quitté parce que soit disant il s'intéressait plus à Temari qu'à elle, ce qui était totalement faux. Simplement il aimait parler avec Temari de choses concrètes et que dans leur conversation par message ils avaient fini par aborder le sujet Ino. La blonde platine avait tout lu et n'avait pas su décrypter les sarcasmes et les ironies que les deux amis aimaient utiliser pour tout. Elle l'avait quitté aussitôt. Il avait cru que ce n'était qu'un coup de tête, qu'Ino comprendrait que ce qui était écrit textuellement n'était pas à prendre au pied de la lettre, mais ce n'était pas le cas.
          
          Il avait passé tellement de temps avec elle que se retrouvait seul l'avait totalement dés½uvré. Il ne s'était pas rendu compte qu'il était autant attaché à elle. Il s'en voulait de ne pas avoir fait grand-chose quand leur couple battait de l'aile un mois plus tôt. C'était Temari et Choji qui avaient réussi tant bien que mal à remotiver le brun.
          
          Shikamaru avait alors compensé l'absence d'Ino par l'étude acharnée pour ses examens. Maintenant qu'il était terminé, il allait se plonger corps et âme dans son mémoire. Et pour cela, rien de mieux que s'enfermer dans l'atmosphère austère de la bibliothèque universitaire.
          
          C'est ainsi qu'un samedi matin, le lendemain des derniers examens, Shikamaru arrivait à la faculté. Il n'y avait jamais mis les pieds aussi tôt ni même le week end.  Le forum était désert, les bâtiments principaux n'étaient ouverts qu'à moitié et qu'une dizaine d'étudiants se trouvaient dans le café de l'université alors qu'habituellement c'était la guerre pour avoir une table.
          
          Il se dirigea vers l'entrée de la bibliothèque, salua d'un signe de tête le concierge et monta au premier étage où se trouvait la section psychologie. Quelques étudiants étaient dispersés sur les différentes tables. Il s'installa non loin des livres de sa filière et sortit son ordinateur pour commencer à travailler.
          
          Il relut tout ce qu'il avait déjà écrit, modifia pas mal de choses, retravailla son plan, vérifia les sources qu'il avait utilisé. Il passa au moins une heure à revoir ce qu'il avait déjà fait pour au final en supprimer la moitié qui ne lui allait plus. Après avoir noté quelques références d'ouvrages, il s'aventura dans les rayons pour en ressortir avec une pile d'une dizaine de livres. Cependant, il lui en fallait un dans le rayon histoire. Il s'y aventura, essayant tant bien que mal de trouver la référence qu'il cherchait sur l'étagère du bas.
          
          Cependant un mouvement sur sa gauche le surpris, il tourna la tête pour se retrouver face à des fines jambes. Il remonta son regard et tomba sur une jupe bleu, fluide, avec des poches. La même que celle d'Ino. Celle d'Ino ? Son c½ur s'emballa en un instant à cette pensée et il se redressa instantanément.
          
           « Oh ! Vous m'avez fait peur ! s'écria la jeune femme.
-          Désolé, je croyais que... que c'était une autre personne. Je ne voulais pas te faire peur désolé. »
           
          La déception se lisait sur le visage de Shikamaru. En face de lui ne se trouvait pas sa blonde platine, mais une jeune femme d'une vingtaine d'années, aux cheveux bruns et aux yeux nacrés. Elles n'avaient qu'une jupe en commun, simplement. Il se pencha de nouveau à la recherche du livre en question. Elle se baissa aussi, attirant l'attention du brun. Elle se pencha légèrement afin de remettre le livre qu'elle avait dans les mains en place. Le livre dont Shikamaru avait besoin.
           
          « C'est mon livre, dit-il plus pour lui-même.
-          Vraiment ? Tu t'intéresses aux découvertes du XVIII ème siècle ? demanda la jeune femme. Je fais mon mémoire dessus.
-          Je ne m'intéresse qu'aux découvertes psychologiques de l'époque. C'est dans ces eaux là que la psychologie a été créée et que les premières recherches comportementalistes ont été faites, bien qu'elles n'en portaient pas le nom, déclara-t-il en prenant le livre.
-          Tu es en psychologie j'imagine ? demanda la brune avec un sourire bienveillant.
-          Exact, en première année de master.
-          Comme moi ! s'exclama-t-elle. »
          
          Le brun s'étonna de l'intérêt que lui portait l'étudiante. Il porta l'attention sur le livre qu'il tenait entre les mains quelques secondes pour trouver quoi ajouter à leur conversation. Puis il se dit que le naturel allait tout aussi bien, il n'avait pas besoin de peser ses mots comme avec Ino.
           
          « Je suis Shikamaru, finit-il par dire en tendant la main.
-          Hinata, sourit-elle en la lui serrant. Si tu as la moindre question historico-géographique je serais ravie de t'aider.
-          Et si tu as besoin d'une analyse psychanalytique des tyrans de notre histoire, je suis à ta disposition, se surprit à sourire Shikamaru.
-          Je crois avoir lu pas mal de truc à leur sujet, je les connais par c½ur tu sais, se moqua gentiment Hinata.
-          Les livres d'histoires ne disent pas tout, répondit Shikamaru avant de se reprendre : Enfin il nous explique les faits mais ne s'intéressent pas vraiment à la psychologie des personnes, ni aux personnes en elle-même. Enfin il me semble... Je n'ai jamais vraiment écouté mes cours d'histoire, je trouvais ça ennuyeux. Enfin, mes cours l'étaient, ça doit surement être intéressant puisque tu l'étudies.
-          Haha je comprends que ça ne plaise pas à tout le monde ! Ça doit être comme la psychologie, après tout ce n'est que de l'intuition non ?
 
A suivre...
   
◄ Partie précédente                                                                                                Partie suivante ►
---------------
'Lut, 
Voici le nouveau ficlt pour mon Challenge Un mois, Une histoire !
Cette fois-ci il fallait placer le thème de la rencontre et quoi de mieux qu'une rencontre après une rupture ?
En plus le feeling passe bien entre ces deux-là ne trouvez-vous pas ?
Celui-ci n'est pas si "drôle" que les autres mais promis je me rattraperais.
J'espère que ça vous a plu quand même ! 
Z"houbix
Hina

Tags : Ficlet - Un mois une histoire